Russie
URL courte
7141
S'abonner

Au cours de l’opération de recherches qui se déroule actuellement en mer du Japon, les sauveteurs ont repêché le cadavre du troisième pilote qui se trouvait aux commandes d'un des deux chasseurs Su-24 qui sont entrés en collision vendredi en Extrême-Orient, indique la Défense russe.

Les sauveteurs qui conduisent l’opération de recherches des membres des équipages des deux chasseurs Su-34 qui se sont heurtés ce vendredi au-dessus de la mer de Japon ont découvert le cadavre d'un troisième pilote, a annoncé le ministère russe de la Défense.

«Le corps du pilote qui a été a été retrouvé dans la zone des recherches ne donnait plus aucun signe de vie », a indiqué un représentant du ministère.

Plutôt le ministère avait annoncé que les sauveteurs avaient repêché le cadavre d'un deuxième pilote. Le sort du quatrième et dernier pilote est pour l'heure toujours inconnu.

Rappelons que l'accident s'est produit à 8h37 (heure de Moscou) au-dessus de la mer du Japon à 35 kilomètres des côtes russes. Les avions n'étaient pas été équipés de munitions et les équipages sont parvenus à s'éjecter, a indiqué le ministère après la collision.

Près de trois heures et demi après le crash, un des pilotes a été récupéré par le bateau de sauvetage et a été transporté à Khabarovsk. Le ministère a précisé que le pronostic vital du militaire n'était pas engagé.

Après avoir initialement annoncé qu'un deuxième pilote avait été lui-aussi repêché, le ministère de la Défense est revenu sur ces informations. L'opération s’est ensuite poursuivi avec la participation de cinq bateaux.

Lire aussi:

Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Trois des quatre auteurs de l'étude du Lancet sur l’hydroxychloroquine se rétractent
Linda Kebbab, policière insultée: «je ne suis pas une indigène, je suis Française!»
«Chut, taisez-vous!»: Didier Raoult s’en prend à une journaliste de BFM TV
Tags:
pilote, Su-34, Extrême-Orient, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook