Ecoutez Radio Sputnik
    la galerie Tretiakov de Moscou

    Une œuvre d’un peintre renommé volée à la galerie Tretiakov de Moscou

    © Sputnik . Arteom Zhitenev
    Russie
    URL courte
    2012

    Des inconnus ont volé à la galerie Trétiakov de Moscou une toile du célèbre paysagiste russe d'origine gréco-pontique, Arkhip Kouïndji, a annoncé le ministère russe de la Culture. Une enquête a été ouverte.

    Lors d'une exposition temporaire consacrée au paysagiste russe Arkhip Kouïndji, son tableau intitulé «La Crimée. Aï-Petri» a disparu dimanche 27 janvier d'une des salles de la galerie Tretiakov de Moscou, a déclaré le ministère russe de la Culture.

    ​La porte-parole du ministère russe des Affaires intérieures, Irina Volk, a indiqué à Sputnik que les forces de l'ordre recherchaient activement les inconnus qui ont volé cette toile.

    Valeri Gribakine, porte-parole du service fédéral des forces de la garde nationale, a fait savoir à Sputnik que c'était le service de sécurité de la galerie elle-même qui était en charge de la surveillance des salles du musée.

    «En fait, c'est une histoire sans précédent. Nous avons trois niveaux de protection dans les musées les plus importants et, en fait, dans tous les musées. Comment cela a pu se produire, personnellement, je ne me l'explique pas. Bien entendu, nous mènerons l'enquête la plus approfondie et la plus détaillée possible sur ce cas», a-t-il souligné.

    Selon des médias, le tableau a été assuré pour un montant de 12 millions de roubles (environ 160.000 euros).

    Une enquête a été ouverte.

    Lire aussi:

    La statue du Général de Gaulle jetée à bas lors des festivités après la victoire de l’Algérie à Évreux - image
    Un navire UK a essayé d'empêcher l'Iran d'arraisonner le pétrolier sous pavillon UK, selon un représentant des Pasdaran
    Un jeune homme tué au fusil-mitrailleur en pleine rue dans le centre de Paris – images
    Tags:
    peintre, tableau, vol, enquête, Crimée, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik