Ecoutez Radio Sputnik
    S-400

    Les S-400 pour la Chine endommagés en mer retardent-ils l’exécution du contrat?

    © Sputnik . Grigoriy Sisoev
    Russie
    URL courte
    7222

    L’entreprise Almaz-Anteï, qui produit des missiles pour les systèmes antiaériens S-400 Triumph pour les livrer à la Chine, s’est mise à toucher des indemnités d’assurance après qu’un lot de ces missiles a été endommagé pendant une tempête en mer, a indiqué à Sputnik le directeur délégué en charge des relations internationales de Rostec.

    Dans un entretien accordé à Sputnik, Viktor Kladov, le directeur délégué en charge des relations internationales et de la politique régionale du groupe russe de hautes technologies Rostec, a assuré que son partenaire commercial Almaz-Anteï touchait désormais des indemnités d'assurance pour les missiles endommagés pendant une tempête en mer, alors qu'ils devaient être livrés à la Chine.

    «Le contrat portant sur la livraison de systèmes antiaériens S-400 à la Chine se déroule comme prévu et il n'y a aucun retard par rapport au calendrier. Le récent cas de force majeure n'a pas affecté l'exécution du contrat. Chaque lot de missiles est assuré à la valeur intégrale contre tout dommage lors de la livraison. En l'occurrence, le fabricant [Almaz-Anteï, ndlr] touche déjà des indemnités d'assurance pour la cargaison endommagée par la société de livraison», a indiqué M.Kladov.

    Sergueï Tchemezov, directeur général de Rostec, lors du Salon international de la sécurité publique et de l'armement IDEX 2019 à Abou Dhabi, avait auparavant indiqué que la Russie produisait des missiles pour les systèmes antiaériens S-400 Triumph pour les livrer à la Chine à la place de ceux endommagés pendant une tempête en mer.

    La Chine est le premier pays à avoir acheté les systèmes russes Triumph. En 2014, les médias avaient annoncé que la Russie et la Chine avaient signé un contrat sur la livraison de S-400. En septembre 2017, le Service fédéral pour la coopération militaro-technique (FSVTS) avait confirmé avoir lancé la livraison de ces systèmes dans le cadre d'un contrat d'environ 3 milliards de dollars (2,7 milliards d'euros).

    Le 20 septembre 2018, les États-Unis ont adopté des sanctions contre Pékin pour sa coopération avec l'agence russe d'exportation de matériel militaire Rosoboronexport, notamment pour l'achat de chasseurs russes Sukhoi Su-35 et de systèmes S-400.

    Le système S-400 Triumph (code Otan: SA-21 Growler) a une portée de 400 kilomètres. Il est capable de frapper des cibles — avions de différents types ou missiles hypersoniques — à une altitude de 30 kilomètres. De plus, il peut tirer des missiles de différents types. Son équivalent américain Patriot n'est équipé que de missiles n'ayant que 100 kilomètres de portée.

    Lire aussi:

    Ce successeur franco-hispano-allemand du Rafale a été dévoilé au Salon du Bourget (images)
    Attaque contre la Russie: le New York Times met en garde Trump après ses accusations de «haute trahison»
    Les États-Unis envisagent officiellement le recours à la force militaire contre l’Iran
    Tags:
    S-400, Rostec, Chine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik