Russie
URL courte
191135
S'abonner

La Russie mise sur le facteur financier dans son bras de fer avec les pays occidentaux, indique Bloomberg. L’agence souligne que depuis plusieurs années, le gouvernement russe réduit ses dépenses tout en augmentant son fonds souverain.

Le Président russe «construit discrètement une forteresse financière» qui, selon des conseillers du Kremlin, permettra de protéger l'économie russe des «futures salves» en provenance de l'Occident, écrit Bloomberg.

Selon l'agence, les dépenses du gouvernement russe ont diminué l'an dernier jusqu'à descendre à environ 270 milliards de dollars, soit moins de la moitié du budget du Pentagone. La Banque centrale russe accumule, à son tour, des réserves qui ont augmenté de 125 milliards de dollars au cours de ces quatre dernières années.

D'ailleurs, la Russie est actuellement l'un des trois pays du G20 à enregistrer un excédent budgétaire.

«[Vladimir] Poutine accumule des économies puisqu'elles lui donnent du pouvoir. Il a besoin d'argent pour faire face à l'Occident, […] aux sanctions et pour répondre à de futures crises économiques», estime Andreï Kolesnikov du Centre Carnegie de Moscou, cité par Bloomberg.

En février, les agences de notation financière Moody's et Standard & Poor's ont relevé la note de la Russie sur leurs échelles de notation à la catégorie investissement. Selon Moody's, la Russie pourra «absorber un possible effet de nouvelles sanctions» antirusses.

«Nous avons un puissant coussin de sécurité financier», a assuré Vladimir Poutine lors de son adresse annuelle à l'Assemblée fédérale.

Dans le même temps, Bloomberg indique que cette stratégie peut avoir des effets négatifs sur la croissance économique. C'est pourquoi le gouvernement russe mise sur des investissements privés et non sur des projets d'infrastructures d'envergure financés par l'État, tels que ceux réalisés pour les Jeux olympiques de Sotchi.

Lire aussi:

Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
L’Élysée dénonce les propos «inacceptables» d'Erdogan contre Macron
Erdogan appelle Macron à subir un «examen de santé mentale» vu son avis sur les musulmans de France
Un Toulousain diffuse la photo du professeur décapité et finit derrière les barreaux
Tags:
dépenses, budget, Bloomberg, Standard & Poor's, Moody's, Vladimir Poutine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook