Russie
URL courte
71518
S'abonner

À l'issue d’une vaste campagne sur les réseaux sociaux, une pétition pour demander un renforcement de la législation sur les violences conjugales en Russie a recueilli près de 650.000 signatures.

Une pétition pour demander aux autorités un durcissement de la législation sur les violences conjugales en Russie avait recueilli près de 650.000 signatures le lundi 29 juillet grâce à une vaste campagne choc sur les réseaux sociaux.

Une douzaine de blogueuses et de militantes russes, suivies par des millions de personnes sur diverses plateformes, ont commencé il y a dix jours à poster des photos d'elles portant du maquillage suggérant des hématomes, des coupures et du sang, accompagnées du slogan: «Je ne voulais pas mourir».

Cette campagne, à laquelle ont participé de nombreux internautes, est destinée à faire la publicité d'une pétition pour que la Russie se dote d'une loi introduisant le concept de «violences domestiques» et protégeant les victimes de ces violences, qui touchent surtout des femmes, indique l'AFP.

Lancée il y a quelques années par Aliona Popova, une figure des droits des femmes en Russie, cette pétition a recueilli près de 650.000 signatures en quelques jours.

«En Russie, près de 16 millions de femmes sont victimes de violences domestiques tous les ans, selon Rosstat», l'agence de statistiques officielles, a déclaré Aliona Popova au cours d'une conférence de presse lundi à Moscou.

«Une femme sur trois en Russie est battue par son mari ou son partenaire. Toutes les 45 minutes, une femme est tuée, à la maison - des chiffres effrayants», a affirmé Olga Kravtsova, une blogueuse très suivie, sur les réseaux sociaux.

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Nouveaux détails sur l’incendie volontaire dans le restaurant parisien La Rotonde
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Adopté par un couple russe, ce puma mène une vie de chat domestique – photos
Tags:
pétition, violences conjugales, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik