Russie
URL courte
131260
S'abonner

La directrice du refuge, dont un chien adopté a été mangé le soir même par les nouveaux propriétaires, a donné des détails sur le mode de vie de ce «couple correct». Selon elle, il s’agirait de toxicomanes vivant dans une cabane très mal entretenue et sans électricité.

Le couple de l’île de Sakhaline qui a mangé le chien d’un refuge serait toxicomane et n'aurait pas peur de finir en prison, a rapporté le portail Podyem, citant la directrice du refuge.

«Il s'agit très probablement de toxicomanes. On voit que ce ne sont pas des ivrognes. La femme doit être âgée de 37 à 38 ans, elle a déjà accouché de six enfants et les a tous laissés à un orphelinat», a déclaré la directrice au portail.

Selon elle, le plancher couvert de sang n’était pas toujours lavé au domicile de ce couple.

«Cette cabane est très mal entretenue. On voit qu’ils ont vendu tout ce qui était possible, les factures d’électricité ne sont pas payées», a-t-elle ajouté.

La directrice du refuge a expliqué qu’au départ, elle ne se doutait de rien, car la femme avait conclu un accord, fourni les informations de son passeport et promis d’envoyer des photos de l’animal.

Un chien mangé après l’adoption

Ce refuge de l’île de Sakhaline a donné le 5 février l’un de ses chiens à un couple qui avait besoin d’un animal pour monter la garde de la maison. Les nouveaux propriétaires ont dû envoyer le soir même des photos de l’animal, mais ils ont disparu.

C’est là que les membres du personnel ont sonné l’alarme et sont partis à la recherche du chien. Finalement ils ont appris que l’animal avait servi de repas.

La direction du refuge a fait appel aux défenseurs des droits des animaux et aux autorités locales. Elle a également l’intention d’intenter une plainte au pénal.

Lire aussi:

Ciblés par des projectiles, des policiers foncent en voiture sur des manifestants à New York – vidéo
«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Jean-Marc Morandini: le parquet de Paris demande un procès pour corruption de mineur
Tags:
violences, Sakhaline, chiens, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook