Russie
URL courte
Par
11872
S'abonner

Facebook, Instagram et d’autres réseaux sociaux qui ont refusé de supprimer des appels diffusés aux mineurs à participer aux actions non-autorisées en soutien à Alexeï Navalny du 23 janvier devront payer une amende, selon un communiqué du service fédéral russe chargé de la supervision dans le domaine des médias.

Les autorités russes ont annoncé mercredi qu'elles sanctionneront les principaux réseaux sociaux pour avoir incité des mineurs à manifester en faveur du blogueur Alexeï Navalny.

«Facebook, Instagram, Twitter, TikTok, VKontakte, Odnoklassniki, ainsi que [...] YouTube, seront condamnés à une amende pour non-respect des exigences visant à supprimer la diffusion aux mineurs d'appels à participer à des rassemblements non-autorisés du 23 janvier», a indiqué dans un communiqué le gendarme des télécoms russes Roskomnadzor.

Le service fédéral russe chargé de la supervision dans le domaine des médias a précisé que les réseaux sociaux seraient sanctionnés d'amendes pouvant aller jusqu'à quatre millions de roubles, soit environ 52.600 euros.

Les rassemblements du 23 janvier

Suite à l’arrestation d’Alexeï Navalny le 17 janvier à Moscou à son retour d’Allemagne, des appels ont été lancés à manifester le 23 janvier en son soutien. Le ministère de l'Intérieur et le parquet général de Russie ont évoqué à plusieurs reprises la responsabilité des organisateurs et des participants pour ces actions non-autorisées.

Qui plus est, le parquet général a exigé que soient bloqués les appels sur la Toile à rejoindre de telles manifestations, diffusés y compris aux mineurs. Commentant de tels appels, Dmitri Peskov, porte-parole du Président russe, a évoqué l'œuvre de «certains provocateurs».

Lire aussi:

Un centre culturel turc des Vosges abritait une colonie de vacances clandestine
Le prototype Starship de SpaceX réussit son atterrissage, puis explose
Refus de la laïcité chez les jeunes Français: jusque dans les salles de classe, le modèle américain s’impose
Tags:
sanctions, manifestation, Russie, réseaux sociaux
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook