Russie
URL courte
Par
31087
S'abonner

Le groupe public russe Rostec a annoncé dans un communiqué le début des recherches et développements sur l’équipement de combat du soldat du futur de quatrième génération, destiné à remplacer celui de troisième génération Sotnik.

Le groupe Rostec a publié un communiqué annonçant le début des travaux sur l’équipement de combat du soldat du futur de quatrième génération. Les recherches et développements ont été initiés par le ministère russe de la Défense.

Selon le document, l’effort engage le groupe Kalachnikov, l'Institut central de recherche en constructions mécaniques de précision ainsi que plusieurs autres sociétés afin que l’équipement soit utilisable d’ici 2035.

Des compétences suffisantes

«Rostec possède des compétences notables en matière de développement d’armements de pointe. L’équipement de quatrième génération est un système principalement nouveau qui exige de se tourner vers l’avenir. Il synthétisera les dernières réalisations du complexe militaro-industriel russe, notamment les nouveaux systèmes de protection et de survie, les équipements robotisés et les systèmes intégrés d’échange d’informations. Le développement d’un tel équipement demande un grand volume d’études scientifiques. Aujourd’hui nous engageons la première étape visant à déterminer les exigences tactiques et techniques», a signalé Beckhan Ozdoïev, directeur industriel de Rostec.

Fin 2020, Rostec a déjà fourni à l’armée russe plus de 300.000 équipements de combat Ratnik de seconde génération. La société travaille actuellement sur la troisième génération d’équipements Sotnik (Ratnik-3) dont certains éléments sont déjà testés. 

Lire aussi:

Un centre culturel turc des Vosges abritait une colonie de vacances clandestine
Déchéance de la nationalité pour les Algériens auteurs de graves préjudices aux intérêts de l’État
Refus de la laïcité chez les jeunes Français: jusque dans les salles de classe, le modèle américain s’impose
Tags:
équipements, Ratnik, Rostec
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook