Ecoutez Radio Sputnik
    Phobos-Grunt: tentative de contacts

    Phobos-Grunt: tentative de contacts

    Sci-tech
    URL courte
    0 0 0

    La nuit dernière, les postes de télémétrie russes ont multiplié les tentatives pour entrer en contact avec la sonde spatiale Phobos-Grunt, gravitant en orbite basse autour de la Terre, informe ITAR-TASS . Pour l'instant, aucune tentative n'a réussi.

     La nuit dernière, les postes de télémétrie russes ont multiplié les tentatives pour entrer en contact avec la sonde spatiale Phobos-Grunt, gravitant en orbite basse autour de la Terre, informe ITAR-TASS. Pour l'instant, aucune tentative n'a réussi. Cette information a été confirmé indirectement par l'Agence spatiale russe Roskosmos. 

    Les tentatives seront poursuivies par les postes français et américains tout au long de la journée, les postes russes s'y attelleront de nouveau vers le soir. Le site du Commandement stratégique américain continue à prévenir que la sonde peut tomber sur Terre le 26 novembre prochain.

    La sonde interplanétaire automatique Phobos-Grunt placée en orbite circumterrestre par le lanceur Zenith-2SB ayant pris le départ depuis Baïkonour le 8 novembre dernier à 21h16 GMT, n'a pas gagné sa trajectoire de transfert, et reste depuis lors sur une orbite d'attente. Après la séparation du lanceur Zénith-2SB, la sonde effectuait son vol à une orbite circumterrestre basse.  Par deux allumages, le propulseur devait la projeter sur la trajectoire de transfert vers Mars. D'après les experts, ils ont de 3 à 14 jours depuis le départ, pour tenter de réanimer la sonde.

    Le directeur de NPO Lavotchkine Victor Khartov a fait savoir à la conférence de presse donnée mardi dernier que beaucoup de choses ont été faites pour la première fois sur la sonde Phobos-Grunt aussi bien que sur Terre dans le cadre des préparatifs de la mission. Les stations terrestres travailleront notamment pour la première fois dans la gamme X. Le projet est plein de risques, sa stratégie étant de faire le maximum avec le minimum de ressources. Aucune mission interplanétaire ne s'est passée des problèmes et " il est possible que nous vivions de nombreuses aventures ", a-t-il fait remarquer.

    La masse de la sonde s'élève à 13505 kg dont 8335 kg de propergol toxique. L'équipement de la sonde comprend également deux piles à cobalt-57, mais celles-ci sont minuscules et ne feraient courir aucun risque de contamination, d'après le directeur de l'Institut des recherches spatiale auprès de l'Académie des sciences de Russie Lev Zeliony.

     

    Lire aussi:

    Vers les lunes martiennes: la France et le Japon examineront des échantillons du sol
    Le lanceur Soyouz-2.1v décolle avec un satellite militaire russe
    Les derniers instants de la vie de la sonde Cassini
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik