Ecoutez Radio Sputnik
    Vers Mars et Venus avec l’Europe

    Vers Mars et Venus avec l’Europe

    Sci-tech
    URL courte
    Projet ExoMars (58)
    0 01

    Le 12 avril est la Journée mondiale de l’astronautique.

    Cette fête est célébrée par plusieurs hommes de science, chercheurs, techniciens, cosmonautes, par tous ceux qui participent à l’exploration de l’espace cosmique. Cela fait déjà longtemps que l’espace est devenue l’arène de coopération de plusieurs pays. René Pischel, directeur du bureau moscovite de l'ESA, l'Agence européenne de l'espace a parlé du développement de cette coopération avec l’ESA.

    Notre bureau existe à Moscou depuis 1995, raconte René Pischel. – Et notre objectif consiste à renforcer la coopération. Cela inclut des objectifs tout à fait différents : le soutien des projets et la logistique. Notre coopération  inclut  presque tous les domaines de l’exploration de l’espace, mais le sujet principal de notre coopération ce sont des vols spatiaux habités ou le point principal est l’ISS ".

    René Pischel  raconte que l’ESA travaille avec la Russie sur plusieurs projets, tels que, par exemple, la mission « Intégral », la participation  des chercheurs et des appareils russes aux missions européennes « Mars express » et « Venus Express » aussi bien qu’à la mission vers Mercure. Ces projets sont partiellement terminés mais partiellement ils continuent à fonctionner. Actuellement l’ESA négocie avec la Russie sur sa participation au futur projet  « ExoMars ».

    Il se compose de deux parties, raconte René Pischel. – Le lancement d’un appareil spatial qui effectuera un vol autour de Mars est prévu pour 2016. L’appareil a deux objectifs. Premièrement, il doit servir d’un arbitre de communication  pour le « Rouvr » qui sera lancé en 2018, à son bord il y aura aussi des appareils pour l’exploration de Mars. Nous coopérons avec tous les instituts et tous les établissements en Russie qui travaillent sur l’exploration de l’espace. Ce sont « la Cité des étoiles », le Centre spatial, RKK « Energia », les instituts de l’Académie des sciences.

    Cela fait quatre ans que René Pischel travaille à Moscou. Il est mathématicien qui s’occupe des appareils scientifiques, à Moscou il était coordinateur  de la mission «  Mars express ».  Quand des pays coopèrent dans un domaine si compliqué et coûteux comme l’exploration de l’espace il y a toujours des problèmes. Il espère que la coopération de l’ESA avec la Russie dans le projet « ExoMars » sera réussie. Voila ce qu’il dit à propos de son travail à Moscou.

    Dans le travail il y a toujours des problèmes, le plus important est la façon de les résoudre. Je veux dire, qu’il y avait toujours la possibilité de trouver l’issue et ce travail me plait beaucoup. Premièrement, parce qu’il inclut une coopération très large, deuxièmement, parce qu’il est vraiment intéressant de travailler avec les collègues russes et j’aime beaucoup travailler ici.

    Vous avez écouté l’interview avec le directeur du bureau moscovite de l'Agence européenne de l'espace René Pischel.

    Dossier:
    Projet ExoMars (58)

    Lire aussi:

    L'UE allège les sanctions antirusses pour sauver une mission martienne
    La nouvelle station orbitale lunaire russo-américaine: l'Europe y travaille déjà
    ExoMars 2020: quel est l’objectif clé de ce projet prometteur? Sputnik explique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik