Système de lutte électronique Borisoglebsk-2

Mondial 2018, un espace interdit pour les drones: l’armée russe a son mot à dire

© Sputnik .
Actualités du Mondial 2018
URL courte
La Russie, pays hôte du Mondial 2018 (144)
2210

Le ministère russe de la Défense a formé des groupes mobiles spéciaux chargés de protéger les stades contre les drones. Les médias russes ont précisé quels matériels et équipements seront utilisés.

Les stades russes qui accueilleront les matchs du Mondial 2018 de football durant l’été prochain seront placés sous la protection de plusieurs systèmes anti-drones, déjà en service dans l’armée et expérimentaux, ont annoncé des médias russes citant des sources au sein du ministère russe de la Défense et de l’industrie de défense.

Selon les médias, le ministère de la Défense a formé des groupes mobiles de guerre électronique équipés de systèmes expérimentaux Silok («piège à filet pour oiseaux» en russe), ainsi que des systèmes Svet-KU («lumière»), R-330J Jitel («habitant») et R-934 Sinitsa («mésange») et d’autres équipements sur l’ordre de l’État-major général russe signé par son chef Valeri Guérassimov le 26 février dernier.

Ces systèmes et équipements, qui sont déjà en service dans l’armée russe, seront déployés dans les 11 villes hôtes de la Coupe du Monde.

«Moscou a reçu deux systèmes Silok et deux Svet-KU. Saint-Pétersbourg sera protégée par un groupe mobile de guerre électronique comprenant des systèmes R-330J Jitel et R-934BMV, ainsi que deux Svet-KU, tout comme la ville d’Ekaterinbourg», a indiqué un représentant du ministère de la Défense cité par l’agence RBC.

Le ministère de la Défense n’a pas commenté ces informations.

Selon Alexeï Filatov, vice-président de l’association antiterroriste internationale Alfa et ancien responsable du Service fédéral de sécurité russe (FSB), une attaque de drones contre un ouvrage civil reste du domaine du possible.

«Un drone est un moyen efficace de transporter deux ou trois kilogrammes de TNT pour les déposer et faire exploser dans un point donné», a noté M.Filatov cité par RBC.

La station de contrôle technique Svet-KU, livrée à l’armée en 2012, est capable de protéger les informations transmises sans fil. Elle est destinée à rechercher, détecter, analyser et brouiller les informations sur les fréquences entre 25 et 18.000 MHz. Ce dispositif peut fonctionner 24 heures sur 24 par des températures allant de —30° à +30°C.

La station automatisée R-330J Jitel est appelée à brouiller les signaux émis par les antennes-relais de téléphonie mobile GSM et de téléphonie par satellite GPS et Iridium, ainsi qu’à surveiller les sources de rayonnement fonctionnant sur les fréquences entre 0,1 et 2 GHz.

Aucune information sur le système expérimental Silok n’est disponible.

La station R-934B Sinitsa est capable de brouiller les signaux émis par les appareils utilisant la bande aéronautique UHF, les systèmes de guidage de l’aviation tactique, ainsi que les systèmes de téléphonie fixe et mobile. Ce dispositif fait partie du système de guerre radio-électronique Borisoglebsk-2.

Le Mondial 2018 se déroulera du 14 juin au 15 juillet dans 12 stades de 11 villes russes: Moscou, Kaliningrad, Saint-Pétersbourg, Volgograd, Kazan, Nijni Novgorod, Samara, Saransk, Rostov-sur-le-Don, Sotchi et Ekaterinbourg.


Dossier:
La Russie, pays hôte du Mondial 2018 (144)

Lire aussi:

C’est parti: la Russie envoie des armes pour brouiller les radars de l’aviation en Syrie
La Russie est prête à présenter son système de lutte anti-drone Silok
Ces moyens russes de guerre radio-électronique scrutés par l'Otan
Tags:
guerre électronique, drone, Svet-KU, R-330J Jitel, R-934B Sinitsa, Mondial 2018, RBC (média russe), ministère russe de la Défense, Alexeï Filatov, Saint-Pétersbourg, Ekaterinbourg, Moscou, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik