La société ne fait pas confiance aux politiques (sondage d'opinion internationale)

GENEVE, 15 janvier - RIA Novosti. Selon le sondage de Gallup International "Vox populi" pour 2006, réalisé pour le Forum économique mondial, les gens à travers le monde craignent que la situation sécuritaire ne dégrade à long terme, tout en s'attendant cependant à l'amélioration de la situation économique.

Presque la moitié (48%) des 55 000 des sondés dans 60 pays du monde estiment que la prochaine génération vivra dans un monde moins sûr, et seulement un quart (26%) des interviewés sont optimistes sur ce point. En 2005, les pessimistes ne constituaient que 30% des personnes interrogées.

A signaler que l'Europe de l'Ouest s'est avérée la région la plus pessimiste à cet égard. En effet, les deux tiers des sondés s'y attendent au pire, et rien qu'un interviewé sur dix espère le mieux.

Les habitants du Nouveau Monde sont tout aussi pessimistes sur ce point (59% des sondés), alors qu'au Proche-Orient, leur part se monte à 46%.

Pour ce qui est des perspectives de l'économie mondiale dans son ensemble, les gens l'évaluent un peu plus positivement. Ainsi, 40% des sondés les ont évaluées comme positives, alors que 31% d'autres s'attendent à la dégradation ultérieure de la situation économique.

Par ailleurs, la société fait de moins en moins confiance à ses politiques, en estimant que ces derniers ne font rien pour améliorer la situation. Les habitants des pays africains sont sans doute les plus critiques à l'égard de leurs hommes politiques. Plus de 81% des sondés y qualifient d'"escrocs" leurs leaders politiques. En Europe Orientale, 60% des interviewés sont du même avis de leurs propres politiques.

Dans le Nouveau Monde, 56% des personnes interrogées ne font pas confiance à leurs politiques. Or, en Amérique Latine, leur part est beaucoup plus large: en Bolivie, par exemple, ils constituent 90%; au Pérou et en Equateur - 89%; au Venezuela - 80%. Aux Etats-Unis, 52% des sondés ont qualifié de malhonnêtes leurs hommes politiques.

En Europe Occidentale, les sondés sont, somme toute, plus confiants face à leurs politiques et ce, bien que ces derniers soient considérés comme malhonnêtes par 76% des Autrichiens, 69% des Allemands, 54% des Belges, 52% des Norvégiens et 50% des Suisses.

Si dans les années précédentes, les interviewés citaient parmi les tâches essentielles du monde "la garantie de la croissance économique" et "la diminution de l'écart entre les riches et les pauvres", cette année, "la diminution du nombre de guerres" (15% des sondés), "l'éradication de la misère" (13%) et "la guerre contre le terrorisme" (12%) se classent en première position sur la liste des problèmes à régler.

A la question de savoir comment on pourrait rétablir la crédibilité des établissements publics et privés auprès de la société, 32% des personnes interrogées ont répondu qu'il était nécessaire de rendre leur travail plus transparent, tout en perfectionnant les méthodes de gestion, et 30% d'autres se sont prononcées pour le durcissement des punitions pour la duperie de la population.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала