« Le mystère de la mort de Ron Brown » (partie 3)

© © Capture d'écran: YouTube« Le mystère de la mort de Ron Brown » (partie 3)
« Le mystère de la mort de Ron Brown » (partie 3) - Sputnik France
Au cours des journées tragiques d’avril 1996 je suivais de près l’information que j’ai donnée sur la catastrophe d’un avion du ministre du commerce américain Ron Brown.

Les journaux et la radio ne faisaient que répéter les données officielles. Je plaçais mon seul espoir dans les reportages de la télévision croate. C’est alors que j’ai écrit une partie de mes articles. Le premier fut diffusé à la radio le 4 avril 1996 à 19h00.

« Aujourd’hui à Dubrovnik, du brouillard et de fortes pluies, ce qui complique les recherches du Boeing disparu. Il y avait encore de l'espoir que certains des passagers ont survécu, c’est pourquoi les hélicoptères de secours ont examiné l'endroit où l'avion s'est écrasé. Les équipes de recherche de l’armée croate se sont ajoutées aux commandos de la police croate dans la matinée du 4 avril. On a appris que 32 passagers sur 33 ont péri dans la catastrophe. Des officiers de renseignement militaire américains travaillent également sur le lieu de la catastrophe. Malheureusement, la seule victime de la catastrophe, c’est l’hôtesse de l’air du Boeing. Elle est décédée pendant qu’on la descendait du mont St. Ivan.

La délégation du gouvernement américain dirigée par Ron Brown se trouvait à bord de l’avion. Vers 14h55, en arrivant vers Dubrovnik, le Boeing a disparu des écrans des moniteurs contrôleurs aériens locaux. Très tard dans la nuit l’appareil a été retrouvé près du mont St. Ivan, non loin du village de Veli Dol. Les données officielles sur l'accident d’avion et les causes de la catastrophe n’ont pas été annoncées. Ce n'est qu’après la pluie que le premier-ministre de la Croatie Zlatko Matesa s’est rendu sur le lieu de la catastrophe. Le ministre croate de l’Intérieur Ivan Jarnjak a fixé une conférence de presse pour le 5 avril et c’est sur cette conférence que seront données de nouvelles données sur les causes du crash et les victimes. »

Quelques heures après la première chaîne de la télévision croate a montré un reportage spécial du correspondant Zeljko Korpar.

« Je me trouve actuellement au mont St. Ivan près du village de Veli Dol. C’est ici que se trouve l’épave de l’avion Boeing 737 qui a eu un accident près de Dubrovnik à 14h55. Les débris se sont dispersés dans un rayon de 300 mètres. Cela indique qu’après la collision avec une montagne l’avion a pris feu. Seule la queue de l’avion n’a pas brûlé. La police croate et les militaires ont recherché toute la nuit les victimes qui auraient pu rester en vie. Ils ont retrouvé les corps de 32 membres de la commission gouvernementale américaine qui devaient atterrir à l’aérodrome de Cilipi. Les militaires de l’IFOR se sont joints également à l’enquête et ont pris le lieu du crash sous un contrôle strict ».

Nous avons marché jusqu’au lieu de l’accident pendant une heure en parcourant des montagnes dangereuses sous la pluie. C’est dangereux de se déplacer ici, car des mines sont cachées partout. La pluie continue sas arrêt depuis 48 heures. Le premier ministre croate Zlatko Matesa et l'Ambassadeur américain en Croatie Peter Galbraith ont fait des déclarations. Le premier ministre croate a déclaré:

« C'est une catastrophe terrible. Monsieur l’Ambassadeur et moi-même sont persuadés que nos gens et les représentants de l'IFOR ont fait tout ce qu'ils pouvaient pendant ces heures tragiques pour tous. Ils travaillaient dans des conditions terribles. Tout d'abord, ils ont isolé le lieu du crash des étrangers. Tout est resté sans que quelqu’un change quoi que cela soit. Je remercie notre unité des forces spéciales « Tigr » et les agents du ministère croate de l'Intérieur, ainsi que les pompiers de Dubrovnik. Ils ont fait ce qui était en leur pouvoir dans ces montagnes horribles, lors des orages violents et de fortes pluies. Ils ont essayé de sauver des vies. La seule femme qui était encore en vie lorsqu’ils ont trouvé les victimes, est morte, sans qu’elle ait pu reprendre connaissance. Cette tragédie a choqué le peuple croate, et le peuple américain. »

 

À suivre

 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала