Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Russie abandonne le polygone ukrainien Nitka

S'abonner
La Russie a officiellement informé les autorités ukrainiennes qu'à partir de 2014, elle ne comptait plus utiliser le polygone Nitka (Crimée) pour la formation de ses pilotes pour l'aviation de la marine russe, écrit mercredi le quotidien Novye Izvestia.

La Russie a officiellement informé les autorités ukrainiennes qu'à partir de 2014, elle ne comptait plus utiliser le polygone Nitka (Crimée) pour la formation de ses pilotes pour l'aviation de la marine russe, écrit mercredi le quotidien Novye Izvestia.

Le ministère ukrainien de la Défense avait déjà annoncé son intention de mettre le polygone à disposition d'autres Etats – la Chine et l’Inde notamment - pour qu’ils forment leurs pilotes.

L'agence RIA Novosti a dévoilé cette information en se référant à une source du ministère de la Défense russe. Jusqu'à hier soir le ministère ukrainien de la Défense n'avait fait aucun commentaire. L'abandon du polygone en Ukraine est dû au fait que la construction du nouveau complexe russe Nitka est pratiquement achevée sur le littoral de la mer Noire à Eïsk. On affirme même que mi-juillet les avions MiG-29KUB y ont effectué leurs premiers vols d'entraînement. Toutefois ces informations ne se recoupent pas avec les récentes déclarations des représentants du ministère de la Défense russe. L'amiral Viktor Tchirkov, commandant de la marine, avait notamment annoncé que le simulateur d'Eïsk ne serait complètement mis en service que fin 2013-début 2014.

D'après les experts ukrainiens, ce renoncement russe n’était pas une surprise. "Cette décision était attendue par l'Ukraine car Kiev est au courant de la construction d'un polygone identique en Russie", a déclaré Alexeï Melnik, codirecteur des programmes de politique étrangère et de sécurité internationale au centre Razoumkov.

En service depuis 1982, Nitka est un centre d'entraînement pour l’aviation situé sur l'aérodrome de Saki, en Crimée. Il sert à mettre au point les techniques de décollage et d'atterrissage sur un porte-avions. Le centre a la forme d'un aérodrome avec une rampe sous forme de pont d'envol, dont les dimensions sont équivalentes à la taille du pont de décollage du porte-avions russe Amiral Kouznetsov. Comme la flotte ukrainienne ne dispose pas de porte-avion, c'est donc la Russie qui utilise ce polygone. Un accord a été signé à cet effet entre les deux gouvernements en 1997 avant d’être ratifié par l'Ukraine en 2004.

Nitka est récemment devenu un problème dans les relations entre les deux pays. L'Ukraine n'était plus satisfaite par les conditions de la location, payée en pièces détachées pour les forces armées ukrainiennes. En août, à l’initiative du gouvernement ukrainien, des amendements ont été apportés à l'accord de 1997 prévoyant, entre autre, un paiement monétaire. Cette information a immédiatement suscité des discussions sur un éventuel retrait russe de Crimée.

En août dernier, le vice-ministre ukrainien de la Défense Vladimir Mojarovski a annoncé que l'armée russe n'était pas la seule à témoigner de l'intérêt pour le polygone. "L'Inde et la Chine sont notamment intéressées", a-t-il déclaré. Cependant, les experts sont très sceptiques quant à la perspective d’une apparition de militaires chinois et indiens sur le littoral de la mer Noire.

Alexeï Melnik estime pour sa part que le polygone sera simplement fermé, ce qui serait au final plus bénéfique qu’une location pour les autorités ukrainiennes.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала