Fidae 2014 : le grand salon de l’innovation aérospatiale

© Photо: EPAFidae 2014 : le grand salon de l’innovation aérospatiale
Fidae 2014 : le grand salon de l’innovation aérospatiale - Sputnik France
Plus de 360 ​​entreprises de 35 pays participeront au salon international de l’aéronautique et de l’espace Fidae 2014, qui se déroulera dans la capitale du Chili Santiago du 25 au 30 mars prochain. La Russie présentera à cette exposition les produits de 10 sociétés phares du complexe militaro-industriel.

Il y a deux ans, lors du salon précédent, ce sont les sociétés américaines qui dominaient dans les pavillons, suivis pas les Allemands et les Français. Cette année, près de 80 grandes sociétés américaines, spécialisées dans l’exportation d’équipements militaires présenteront leur production. En outre, 37 sociétés brésiliennes, et 24 sociétés françaises exposeront des prototypes d’équipements militaires. Le programme de vol et les stands présenteront plus de 100 modèles d’avions militaires et civils du Chili, d’Argentine, de Colombie, d’Uruguay, du Canada, d’Espagne, d'Italie, de Suisse et de République tchèque. Les visiteurs verront également des vols de démonstration spectaculaires. Mais avant tout, cette exposition aérospatiale est une bonne plateforme pour la recherche de partenaires et permet également de conclure des contrats. Car le salon Fidae est avant tout un salon international, souligne le directeur du Centre d’analyse des stratégies et des technologies Rouslan Poukhov.

« Des représentants, originaires de tous les pays d’Amérique latine arrivent ici pour mener des pourparlers et voir les nouveautés du secteur aérien et spatial. Nous avons donc des avantages sur d’autres marchés régionaux. Il y a notamment la possibilité de réaliser des percées dans ce domaine au Pérou. L’Argentine a soutenu la Russie en ce qui concerne la question du statut de la Crimée. Des projets pourraient donc y être réalisés. La Russie a de bonnes chances de percer sur le marché brésilien. Les Brésiliens ont acheté les hélicoptères russes et très probablement vont également acquérir des systèmes de défense anti-aérienne Pantsir (Carapace) et les systèmes de défense aérienne mobiles Igla (Aiguille). »

En ce qui concerne la coopération bilatérale entre la Russie et le Chili dans le domaine militaro-technique, il est peu probable qu’une percée puisse être réalisée dans ce domaine à l’heure actuelle. Au cours de ces 20 dernières années, le Chili a terminé son cycle de réarmement, et les principaux systèmes pour les forces militaro-industrielles, l’armée de l’air et l’infanterie, ont déjà été achetés. De grands appels d’offres ne risquent donc pas d’être annoncés, mais les chances subsistent, selon Ruslan Poukhov.

« La Russie a la possibilité de livrer des systèmes de défense antiaérienne si le Chili décide de développer ces moyens de défense, car le ciel chilien est pratiquement fermé aux avions étrangers. Étant donné que la Russie produit de très bons systèmes militaires en termes de rapport qualité/prix, on peut s’attendre à de bonnes nouvelles. »

On sait que les positions des Américains et des Européens sont très fortes dans l’industrie militaire du Chili. Ce sont ces pays qui assurent la livraison du principal volume d'avions militaires. L'armée de l'air chilienne utilise principalement des avions de chasse américains et des hélicoptères européens. Cependant, la Russie n’a pas réussi à percer sur les marchés d’Amérique latine avec ses avions. Les hélicoptères militaires de transport Mi-8, et notamment le Mi-171 Shsont très populaires dans la région. Au total, 500 hélicoptères de fabrication russe sont exploités en Amérique latine, ainsi que des avions de transport et militaires. La Russie a prévu d’ouvrir un centre de réparation des hélicoptères vers 2016 au Pérou dans le cadre du contrat de livraison d’hélicoptères dans ce pays. Outre les livraisons d’armements et d’équipements militaires, la Russie proposera également à ses partenaires des conditions attrayantes de coopération technologique. Il est probable que les spécialistes russes du secteur pourront également discuter avec les partenaires des pays d’Amérique latine des perspectives de collaboration dans tous ces domaines. T

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала