USA et Russie entrevoient des solutions communes

Proche-Orient, Ukraine et relations bilatérales étaient au menu de l'entrevue du secrétaire d'Etat américain John Kerry avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, dimanche à Rome, écrit lundi 15 décembre le quotidien Kommersant.

Proche-Orient, Ukraine et relations bilatérales étaient au menu de l'entrevue du secrétaire d'Etat américain John Kerry avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, dimanche à Rome, écrit lundi 15 décembre le quotidien Kommersant.

Cette 17e rencontre des chefs de la diplomatie des deux pays intervenait dans un contexte compliqué: la veille, le congrès américain avait adopté un Acte de soutien à la liberté de l'Ukraine, prévoyant une aide militaire à Kiev et l'adoption de nouvelles sanctions contre la Russie. Néanmoins à Rome, les parties ont réaffirmé leur volonté de chercher des compromis mutuellement acceptables.

L'escalade du conflit israélo-palestinien et la discussion à venir au Conseil de sécurité des Nations unies concernant le futur État palestinien ont fait du Proche-Orient l'un des sujets centraux des entretiens à Rome. A la veille de leur rencontre, Lavrov et Kerry ont parlé du conflit israélo-palestinien au téléphone en convenant d'adopter des "mesures coordonnées pour contribuer à la reprise la plus rapide possible des négociations, en s'appuyant sur une base juridique internationale reconnue de tous".

"Les questions du Proche-Orient nécessitent une solution urgente. Nous devons, ensemble, faire en sorte que la situation ne se dégrade pas", a déclaré Sergueï Lavrov à la veille de la rencontre. Cet entretien a précédé les pourparlers du secrétaire d’État américain avec le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lundi à Rome. Selon les sources diplomatiques américaines, la Maison blanche a besoin de ces consultations intensives pour se fixer concernant la résolution ouvrant la voie à la reconnaissance de l’État palestinien. Plus tôt, Washington avait bloqué l'adoption d'une telle résolution pour défendre les intérêts de son principal allié au Proche-Orient – Israël.

L'urgence de la rencontre Kerry-Lavrov était également dictée par les obstacles à la reprise des négociations de paix sur le Donbass. La nouvelle réunion du "groupe de contact" pour l'Ukraine prévue la semaine dernière à Minsk, qui devait porter sur le cessez-le-feu dans le Donbass, ne s'est pas tenue. La poursuite du processus de Minsk risque d'échouer alors que les autorités de Kiev et celles des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk se sont déclarés une nouvelle guerre verbale et s'accusent mutuellement de violer la trêve.

Enfin, l'adoption par le sénat américain et la Chambre des représentants de l'Acte de soutien à la liberté de l'Ukraine prévoyant une assistance militaire et économique au profit de Kiev a rendu l'entretien des deux ministres d'autant plus pertinent. Ce projet de loi permet par ailleurs d'adopter de nouvelles sanctions contre Moscou.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала