L'UE tend une main amicale à Kiev en échange de réformes

© Sputnik . Alexey Kudenko / Aller dans la banque de photosСитуация на Украине
Ситуация на Украине - Sputnik France
L'Union européenne intensifie ses contacts avec le nouveau gouvernement ukrainien formé après les dernières législatives en date, écrit mardi le quotidien Kommersant.

L'Union européenne intensifie ses contacts avec le nouveau gouvernement ukrainien formé après les dernières législatives en date, écrit mardi le quotidien Kommersant.

Le Groupe des amis de l'Ukraine en UE s'est réuni hier à Bruxelles en présence du ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavel Klimkine et aujourd'hui, les ministres des Affaires étrangères du Groupe de Visegrad et la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini se rencontreront à Kiev.

C'est le premier "débarquement" de ce genre des représentants de l'UE à Kiev depuis la constitution du nouveau gouvernement chapeauté par Arseni Iatseniouk. En prévision de cette dernière réunion du Conseil de l'UE au niveau des ministres des Affaires étrangères en 2014, le Groupe des amis de l'Ukraine en UE s'est rassemblé hier à Bruxelles. Ce dernier inclut certaines ex-républiques soviétiques mais aussi la Belgique, le Danemark, la Finlande, l'Irlande et Malte.

La réunion a porté essentiellement sur le conflit dans le Donbass et les solutions éventuelles, ainsi que sur l'économie ukrainienne à l'approche de la saison froide.

Le ministre lituanien des Affaires étrangères Linas Linkevicius a qualifié la situation dans le Donbass d'insatisfaisante en matière de sécurité. "Les accords de cessez-le-feu ne sont pas respectés, il n'y a aucun progrès positif", a-t-il déclaré en appelant les pays de l'UE à "continuer de faire pression sur la Russie". "L'UE attend les premiers résultats des réformes en Ukraine dans six mois", a-t-il rappelé.

La première réunion du Conseil d'association UE-Ukraine s'est déroulée hier à Bruxelles. La chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini l'a qualifiée de "nouvelle page dans les relations" entre Kiev et Bruxelles. En Ukraine, elle sera accompagnée des ministres des Affaires étrangères du Groupe de Visegrad – tchèque, slovaque, polonais et hongrois. Ces quatre ministres s'entretiendront avec leur homologue ukrainien Pavel Klimkine, mais aussi avec le président Piotr Porochenko et le premier ministre Arseni Iatseniouk.

A la veille de ce "débarquement européen", les autorités ukrainiennes ont réagi à la préoccupation croissante de Bruxelles quant à la situation dans le Donbass. Elles se sont dites prêtes à organiser "une nouvelle réunion du groupe de contact".

"L'agitation de Bruxelles s'explique par les facteurs de risque pour l'Europe, liés à l'Ukraine dans son état actuel. Le principal danger est celui d'une nouvelle escalade dans le Donbass, qui pourrait provoquer une catastrophe humanitaire dans l'est de l'Europe", explique Arkadi Moches, directeur du programme russe à l'Institut finlandais des relations internationales. Selon lui, un tel événement provoquerait une nouvelle déstabilisation dans la région, poussant Bruxelles à se pencher sur l'adoption de nouvelles sanctions contre la Russie – ce que l'UE souhaiterait éviter. "De ce fait, l'UE cherchera à prendre les devants pour empêcher une nouvelle explosion", conclut l'expert.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала