Vers une réforme totale de la médecine libérale

Vers une réforme totale de la médecine libérale
Après le mouvement de grève des urgentistes qui s’est rapidement résolu en quelques jours, c’est au tour des médecins libéraux de poursuivre le mouvement. Les médecins français protestent contre la nouvelle loi santé proposée par la ministre de la santé Marisol Touraine. Jean-Paul Hamon président de la Fédération des Médecins de France nous a expliqué quelles sont les revendications des médecins libéraux :

Pourquoi cette grève des médecins maintenant ? Qu’est ce que vous revendiquez ?

Cette grève est le résultat de la politique de Marisol Touraine depuis deux ans et demi et la conséquence du projet de loi qu’elle veut présenter dans le cadre de la stratégie nationale de santé. Ca a particulièrement irrité les médecins libéraux parce qu’il n’y a aucune vraie stratégie de santé, sinon de détruire le tissu de la médecine libérale qui existe actuellement. On a repéré plusieurs points très durs dans cette loi. Premièrement elle veut mettre la corde au cou des médecins en les faisant dépendre du paiement de leurs honoraires exclusivement par la sécurité sociale, en instaurant un tiers payant généralisé. Les médecins ont fait observer qu’ils faisaient déjà le tiers payant pour les patients qui en avaient réellement besoin - les personnes économiquement faibles. Et ils faisaient également le tiers payant quand les soins étaient trop couteux. On ne comprend pas bien pourquoi la ministre veut généraliser le tiers payant, dans la mesure où ça va entrainer une surcharge administrative pour les médecins et en plus les faire dépendre complétement de la sécurité sociale qui avait déjà fait preuve de coercition à l’égard des pharmaciens qui pratiquaient le tiers payant et qui n’appliquaient pas strictement les consignes de la sécurité sociale.

C’était le premier point dur de la loi mais ce n’est que la partie immergée de l’iceberg. Quand on commence à regarder la loi on voit qu’elle veut donner tous les pouvoirs aux agences régionales sanitaires et notamment le pouvoir sur le lieu d’installation des médecins. Pire encore elle ne garantie pas au médecin la liberté de rester là où il est installé depuis plusieurs années si l’agence estime qu’il y a trop de médecins dans le secteur. C’est écrit noir sur blanc dans la loi, il y a la possibilité pour l’agence régionale de déconventionner le médecin – c’est-à-dire faire en sorte que les patients de ce médecin ne soient plus remboursés si il n’accepte pas de se déplacer dans une zone où l’ARS estime qu’on manque de médecins. Ce deuxième point qui révèle la toute puissance de l’ARS, c’est la raison pour laquelle les médecins répondent massivement à l’appel à la grève.

La France est confronté de façon dramatique à une désertification globale pour l’exercice libéral, il y a 30 ans 60% des médecins généralistes et des médecins libéraux s’installaient en libéral, maintenant il n’y en a plus que 30%. C’est tout le pays qui est concerné. On a dit à Marisol Touraine qu’il fallait modifier les études médicales pour faire connaître la situation des médecins libéraux lors de leurs études, au lieu de ça Marisol Touraine modifie les études non pas des médecins, mais des paramédicaux – des infirmières et des sages-femmes pour leur faire connaître l’exercice libéral. Dans cette modification des études il est écrit que les paramédicaux pourront établir des diagnostics, prescrire des traitements et surveiller les maladies chroniques. Dans cette loi on est en train de réhabiliter les officiers de santé du 19ème siècle, les officiers de santé dont Balzac parlait dans Madame Bovary. Il y a vraiment une régression de la qualité des soins et c’est vraiment écrit dans la loi. C’est un point extrêmement dur pour les médecins.

Pourquoi un mouvement de grève maintenant ? La loi est connue depuis assez longtemps, elle est étudiée depuis plusieurs mois.

La spécialité de Madame Touraine c’est la concertation, elle concerte beaucoup, mais elle n’écoute personne, elle n’en fait qu’à sa tête. La loi on en discute depuis quasiment un an, on a rencontré les services ministériels au mois de juillet on a exposé les griefs que l’on avait, on a proposé des modifications et nous avons passé notamment sur les vaccinations par les pharmaciens, les infirmières ou les sages-femmes. On a longuement discuté avec Marisol Touraine et ses services pour changer ça et s’est aperçu que les textes sur lesquels nous avons discuté pendant six heures avaient été présentés au conseil des ministres inchangés. On parle pendant six heures, on fait des propositions de modification des textes pour qu’ils soient acceptables et elle ne change rien. Elle nous propose maintenant de rediscuter de sa loi – c’est cause toujours mais je n’en fais qu’à ma tête. C’est pour ça que l’on arrive au mouvement de grève car on se rend compte que discuter avec elle de la rencontrer ne modifie absolument pas son attitude.

Quand il y avait la grève des urgentistes Marisol Touraine a cédé parce qu’il y avait des risques et ça pouvait être dangereux. Mais cette situation avec les médecins généralistes et spécialistes elle ne peut pas dégénérer en quelque chose de dangereux pour la population, il y a un service minimum assuré ?

On a annoncé le mouvement de grève il y a 2 mois, les préfets on pris leur responsabilité ils ont réquisitionné les médecins, moi-même je suis réquisitionné pour cette nuit. Il y a des médecins qui sont réquisitionnés sur la France entière, mais ça va être un service minimum, ceci étant les patients vont peut être un peu patients et venir que pour des pathologies qui nécessitent vraiment l’intervention d’un médecin. En France il y a déjà 20 millions de passages qui se font chaque année en urgences hospitalières, il y a 10 millions de passages qui sont parfaitement inutiles, inutiles pour un service d’urgences qui n’est sensé prendre que des urgences vitales. Il y a 10 millions de passages qui peuvent être pris en charge par des médecins libéraux, sauf que à chaque passage en urgences le directeur de l’hôpital touche une somme d’argent, ça n’incite pas à une éducation de la population à un bon usage de l’hôpital. Mais Marisol Touraine considère que la vertu et la qualité sont exclusivement à l’hôpital, que les médecins libéraux sont des nantis assoiffés d’argent et tout ça explique l’ampleur du mouvement de grève aujourd’hui.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала