Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

2015 promet d'être tumultueuse pour l'Union européenne

© Flickr / TPCOM2015 promet d'être tumultueuse pour l'Union européenne
2015 promet d'être tumultueuse pour l'Union européenne - Sputnik France
S'abonner
La nouvelle année 2015 devrait être tendue pour l'Union européenne (UE). Si la crise financière a pu être apaisée voire surmontée dans certains pays, en particulier en Irlande et au Portugal, l'intégrité de l'Union européenne, elle, est remise en question.

La nouvelle année 2015 devrait être tendue pour l'Union européenne (UE). Si la crise financière a pu être apaisée voire surmontée dans certains pays, en particulier en Irlande et au Portugal, l'intégrité de l'Union européenne, elle, est remise en question.

La Grèce ne pourra pas quitter la zone euro (Commission européenne)
Le précédent grec

Qui a encore sa place dans le club européen? Pour certains pays membres de l'UE, répondre à cette question est aujourd'hui une priorité. Les débats ont lieu à tous les niveaux, aussi bien au sein des gouvernements que des partis et du grand public. Pendant ce temps, chez les puissances de l'UE — l'Allemagne et la France — on ne constate pas de soutien notable à l'idée de quitter l'Union. Néanmoins, un virus de mécontentement y a fait son apparition. Selon le Conseil européen des relations internationales (ECFR), en mars 2014 seulement 30% des Allemands déclaraient avoir confiance en l'UE, et 34% de Français.

Des fissures dans la construction de l'UE sont apparues où on ne s'y attendait pas. La récente déclaration du gouvernement allemand, selon laquelle la sortie de la Grèce de la zone euro n'aurait pas de préjudice significatif pour ses autres membres, a été une douche froide pour tous ses partenaires. Selon Berlin, ce scénario est pourtant plausible si Athènes s'écartait du cap de l'austérité financière et continuait à accumuler les dettes.

Cette position très inattendue des Allemands a semé la confusion dans les capitales européennes, puisque le but de la politique paneuropéenne a toujours été de consolider les membres, et non de les expulser. Selon les analystes, la sortie de la Grèce de la zone euro pourrait provoquer un effet domino: d'autres pays pourraient également se diriger vers la sortie.

L'adhésion à l'UE et à la zone euro s'est avérée désavantageuse pour bien des pays.

Par exemple, en Espagne, seulement 20% de la population voit des aspects positifs à ce statut. Le mécontentement le plus fort est constaté dans les pays périphériques, qui se voient accorder des prêts de la part de leurs partenaires — mais doivent les rembourser avec intérêts.

Londres cherche à sortir de l'UE

En son temps, Charles de Gaulle avait utilisé à deux reprises son veto contre l'adhésion du Royaume-Uni à l'Union européenne. Il estimait que les Anglais cherchaient à détruire l'UE de l'extérieur et que, dans l'impossibilité de le faire, ils voulaient y adhérer pour parvenir à leurs fins de l'intérieur.

En fin de compte, le Royaume-Uni a été accepté dans l'UE — mais seulement après le départ du général de Gaulle de la scène politique. Il faut reconnaître que Londres a été un partenaire très difficile, capricieux et intraitable. Et voici sa nouvelle pirouette — vouloir quitter l'UE! Aujourd'hui, le premier ministre David Cameron mise précisément sur cette démarche dans ses jeux politiques.

GB: une sortie de l'UE affecterait l'avenir de toute l'Europe (Barroso)
Une vaste campagne de propagande a été lancée au Royaume-Uni, appelant le pays à quitter l'"organisation continentale". Les résultats ne se sont pas fait attendre: selon l'agence YouGov, presque la moitié des Britanniques est prête à voter pour la sortie de l'UE.

Sachant que Londres a déjà engagé des démarches pratiques dans ce sens — il refuse notamment de verser sa cotisation au budget de l'UE et se prépare à adopter des restrictions drastiques en matière d'immigration depuis l'Europe continentale. Toutes ces initiatives vont à l'encontre des règles et des directives respectées par l'UE. Mais Londres incite d'autres pays membres à adopter des mesures similaires. Bref, la prédiction de Charles de Gaulle se réalise…

Dans cette ambiance l'Islande, candidate à l'adhésion à l'UE, a récemment décidé d'y renoncer — elle a fait part de son intention de retirer sa demande d'adhésion. La Turquie a également calmé ses ardeurs, même si elle cherchait depuis des décennies à rejoindre le club européen.

UE, le revers de la médaille

L'union des pays européens est un grand aboutissement et l'incarnation pratique de la politique d'après-guerre pour renforcer la paix sur le continent. Dans le même temps, comme on peut le voir, des différends existent au sein de l'UE — ce qui d'ailleurs est tout à fait logique.

Le fait est que les pays réunis au sein de cette structure supranationale sont très différents aussi bien économiquement que culturellement. Sachant que la situation au sein de l'UE est telle qu'il existe une cohorte de pays dirigeants dictant leur volonté. De nombreux membres n'acceptent pas cette situation d'où les frictions, les conflits, la retenue pour adhérer à la zone euro — dont seulement 19 des 28 membres de l'UE font partie.

Dans l'Europe unie, la grande majorité des habitants est loin d'être prospère et aisée.

La croissance annuelle moyenne du PIB n'est que de 0,2-0,4%, voire encore moins dans certains pays. Selon les statistiques de l'agence Eurostat, plus de 24% des habitants de l'UE (environ 120 millions de personnes) vivent en-dessous du seuil de pauvreté. La Bulgarie a été reconnue comme le pays le plus pauvre, qui avait adhéré à l'UE dans l'espoir de redresser sa situation périlleuse. Et même parmi les leaders de l'UE, jusqu'à 20% de la population vivent en-dessous du seuil de pauvreté.

En d'autres termes, les choses sont loin d'être calmes dans la coalition européenne.

La population organise de plus en plus fréquemment des grèves et des manifestations, se prononçant pour le développement de l'industrie nationale en espérant améliorer son niveau de vie. Pour toutes ces raisons, la nouvelle année promet d'être tumultueuse pour l'Europe.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала