Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les Rafale au Qatar: un atout dans la poche de Hollande ou un échec politico-economique ?

S'abonner
Le troisième contrat des Rafale est bouclé. Après 24 chasseurs achetés par l'Egypte et 36 exemplaires acquis par l'Inde, c'est le Qatar qui se dote de 24 avions multirôle français de 4++ génération.

Une bonne nouvelle pour la France, fournisseur à 75% pour l'équipement militaire du Qatar dont la flotte civile est presque entièrement équipée par Airbus.

Il n'est pas étonnant que d'un coup, François Hollande s'intéresse aux marchés arabes et que ceux-ci achètent français. La transaction est principalement liée aux événements tragiques au Yémen, étant donné que le Qatar soutient l'Arabie Saoudite contre les houtis, d'une part, et, d'autre part, fait partie de la coalition internationale d'une soixantaine de pays, dont la France, qui lutte contre l'Etat islamique en Syrie et en Irak. «Je pense que cela correspond à la logique de l'alliance de la France avec l'ensemble sunnite actuellement engagé face au bloc chiite, nous a confié Frédéric Encel, géopolitologue français, professeur à la Paris Business School et à Sciences Po Paris. Si on additionne ce contrat aux Rafale acquis par l'Egypte, qui ont été financés par l'Arabie Saoudite, le cœur de cet ensemble sunnite, ainsi qu'au matériel militaire vendu à l'armée libanaise majoritairement composée de sunnites et de chrétiens, puisque les jeunes combattants chiites libanais vont plutôt au Hezbollah, si on additionne à tout cela les deux prochains contrats aux Emirats arabes unis où la France dispose déjà d'une base militaire et d'un marché également important (les Emirats ont déjà acheté à la France du matériel lourd) — vous avez un schéma général qui est extrêmement cohérent.»

Le président Hollande opte pour les monarchies arabes - Sputnik France
France-Russie: le président Hollande opte pour les monarchies arabes
N'oublions pas que la France fait un deal avec un pays extrêmement riche dont le PIB est l'un des plus élevés au monde mais qui est, en même temps, l'un des deux pays les plus wahhabites au monde où les droits de l'homme sont régulièrement bafoués. «Les pays du Golfe sont considérés comme des pouvoirs féodaux, ultra-répressifs, ultra-conservateurs, voire islamistes radicaux, continue Frédéric Encel. Le wahhabisme, au pouvoir en Arabie Saoudite, est la branche la plus rigoriste de l'islam fondée au XVIIIième siècle, c'est même une interprétation pratiquement théocratique de l'islam qui, depuis les années 1970, constitue une vraie menace pour les sociétés telles que le Pakistan, la Syrie et l'Irak, et même pour l'Afrique subsaharienne. Il faut poser la question suivante: est-ce que la France a les moyens de renoncer à des contrats de plusieurs milliards de dollars dans ces états? La question est philosophique. Aujourd'hui, la France est désargentée, l'état des finances publiques est très critique et, parallèlement, vous avez des pays comme le Qatar, l'Arabie Saoudite et quelques autres qui sont pratiquement les seuls au monde à disposer à la fois de la volonté et surtout la capacité, donc la solvabilité, d'acheter des armes à très haute valeur ajoutée. Alors qu'est-ce qu'on doit faire? On les vend on les vend pas? Je suis extrêmement clair, sévère sur le caractère absolument rétrograde de ces régimes, mais cela fera travailler des dizaines de milliers de personnes en France pendant des années. Ce n'est pas la première fois et ce ne sera pas la dernière fois lorsqu'une puissance mondiale, que ce soit la France, la Russie, les Etats-Unis, le Royaume Uni, s'acoquine avec des régimes peu fréquentables, parce que les Etats n'ont que des intérêts. J'ajouterais une remarque. La Suède a présenté de façon éloquente un très joli jet en renonçant à la vente du matériel de pointe aux pays du Golfe pour les raisons qu'on a vues. En même temps, elle a réussi à vendre une grosse centaine de Greipel au Brésil (qui négociait l'achat des Rafale avec l'ex-président Nicolas Sarkozy).»

Le caractère radical et anti-démocratique du client mis à part parce que l'argent n'a pas d'odeur, il faut voir la « contrepartie » demandée par le Qatar. Même si cela reste à confirmer, Doha a décroché de Paris de pouvoir faire atterrir les avions de Qatar Airways dans deux nouvelles villes: Nice et Lyon, respectivement les troisième et quatrième aéroports français les plus fréquentés. Air France qui peine à redresser ses finances après un long épisode de grève des pilotes en septembre dernier sonne l'alarme de peur d'être engloutie par la compagnie du Golfe. Sachant que Doha est l'actionnaire principal de Qatar Airways avec 42 milliards de dollars de subventions tandis que Paris ne détient que 16% du capital d'Air France, la concurrence déloyale risque d'être mise en jeu. François Hollande a beau démentir l'existence d'une contrepartie quelconque: les négociations en ce sens sont menées.

Chasseurs Su-30MKI, possible alternative aux Rafale - Sputnik France
Chasseurs Su-30MKI, possible alternative aux Rafale
Ce n'est pas la première fois que le Qatar tente de renforcer sa présence dans l'Hexagone. En 2013, le gouvernement Ayrault avait rejeté une demande similaire faite par le ministre qatari après avoir commandé plusieurs Airbus. Finalement, la patience de la monarchie du Golfe a payé.

Plus loin: dès sa première visite à Doha en 2012, François Hollande demande régulièrement de l'argent à l'émirat qatari. En quelques années, le Qatar, au travers de ses différents véhicules d'investissement (Qatar Investment Authority, Qatar Holding LLC, Qatari Diar, etc), est devenu un acteur majeur de l'économie française. Il finance les PME et les banlieues, sans compter des dizaines de milliards d'euros d'investissements dans l'immobilier de luxe, les grandes entreprises françaises et le sport. En d'autres termes, le Qatar n'est pas loin de détenir une part de lion dans l'économie française.

Dans ce contexte, acheter des Rafale, quand on est le Qatar, signifie de mettre la main sur l'ensemble du secteur militaire français et, plus loin, sur la défense de l'Hexagone. Il ne faut pas être Madame Soleil pour comprendre ce que cela signifie.

On se demande alors si la troisième exportation des Rafale constitue un atout dans la poche du politique Hollande qui a su mener à terme les négociations engagées puis suspendues sous Nicolas Sarkozy. François Hollande serait d'ailleurs le premier chef d'Etat étranger à se faire inviter au sommet du Conseil de coopération des Etats arabes du Golfe. Ou bien il pourrait s'agir d'un drapeau blanc brandi par le Président de la République en direction d'un régime « féodal et islamiste radical » capable de racheter l'Hexagone si nécessaire…

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала