Le Japon prêt à investir sur le marché russe

© Sputnik . Dmitry AstakhovПереговоры России и Японии
Переговоры России и Японии - Sputnik France
La coopération d'affaires entre la Russie et le Japon a dépassé les conséquences de la crise économique mondiale: aujourd'hui, l'heure est venue d'avancer, écrit jeudi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

Au nom des milieux d'affaires japonais, Norio Sasaki, vice-président de la fédération des organisations économiques du Japon (Nippon Keidanren) a déclaré que les sondages annuels auprès des sociétés japonaises travaillant en Russie montraient que l'intérêt pour l'Extrême-Orient ne cessait de croître: 58% des entreprises qualifient ainsi la région de "prometteuse". Selon Nippon Keidanren, depuis un an l'Extrême-Orient représente 91% des investissements japonais directs, soit environ 10 milliards de dollars. 140 entreprises japonaises travaillent déjà dans la région et compte tenu de l'importance de cette zone, un département pour l'Extrême-Orient a été créé auprès du conseil économique russo-japonais.

De plus, les parties russe et japonaise échangent régulièrement leurs visions sur les plans de développement de la région.

"L'intérêt des entreprises japonaises coïncide avec celui du gouvernement russe, pour qui le développement de l'Extrême-Orient est une priorité. Et je suis convaincu que cette attention portée à l'Extrême-Orient va encore se développer. Dans ce sens, on voudrait examiner plus avant les possibilités de coopération russo-japonaise, dont l'Extrême-Orient est devenu la porte d'entrée", note Norio Sasaki.

The Kuril Islands - Sputnik France
Litige territorial russo-nippon: Tokyo attend la visite de Poutine
Du point de vue des relations économiques russo-japonaises au niveau global, selon Norio Sasaki, les deux pays ont réussi à surmonter les conséquences de la crise économique mondiale. "Les échanges commerciaux se sont réduits considérablement entre la Russie et Tokyo après 2008. Néanmoins, les indices ont remonté progressivement et affichaient l'an dernier une hausse de 3,6%. En outre, les importations russes au Japon ont atteint leur record en un an avec 2 600 milliards de yens (environ 22 milliards de dollars). Et les exportations en Russie sont légèrement inférieures à 1 000 milliards de yens. Sachant que plus de 80% des importations de Russie sont constituées par le GNL", explique le président du conseil économique russo-japonais. Noria Sasaki a noté entre autres que la Russie était le sixième partenaire commercial du Japon. Alors que Tokyo est bien plus bas dans la liste des partenaires commerciaux de Moscou. Selon l'expert, les milieux d'affaires voudraient voir changer cette situation.

"La volonté des entreprises japonaises d'investir sur le marché russe est bien là. Mais les investissements russes au Japon ne sont pas encore très élevés. Notre pays, avec le premier ministre Shinzo Abe, salue chaleureusement les investisseurs russes. C'est bénéfique pour plusieurs raisons, y compris parce que le Japon dispose de l'une des meilleures protections de la propriété intellectuelle et qu'il est donc avantageux d'y développer des travaux de recherche et développement. Avec la Russie, le Japon pourrait devenir un hub d'innovations en Asie-Pacifique", conclut Norio Sasaki. 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала