Obama: "pour un pays africain au Conseil de sécurité de l'Onu"!

© AP Photo / Susan WalshLe président des Etats-Unis Barack Obama
Le président des Etats-Unis Barack Obama - Sputnik France
Barack Obama s'est prononcé pour une réforme du Conseil de sécurité des Nations unies.

Washington soutient l'idée d'une réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, a fait savoir le président des Etats-Unis Barack Obama, en proposant d'y inclure au moins un représentant du continent africain.

United Nations Security Council - Sputnik France
Priver Moscou du droit de veto: Kiev appelle à modifier la Charte de l'Onu
Le président américain a également souligné que pour que cet organe exécutif des Nations unies soit efficace, il fallait prendre en compte "toutes les différentes tendances" des dernières décennies.

"Les Etats-Unis soutiennent le principe de la modification de la structure du Conseil de sécurité de l'Onu. Je pense qu'en principe, le Conseil de sécurité doit comprendre au moins un représentant du continent africain, ainsi que des représentants d'autres régions du monde et de certaines nouvelles puissances", a précisé Barack Obama.

Le Conseil de sécurité est un des principaux organes de l'Onu. Selon la Charte des Nations unies, il a "la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationale".

Le Conseil est composé de cinq membres permanents (la Russie, les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Chine), et de dix membres non permanents non pourvus du droit de veto.

UN Headquarters - General assembly - Sputnik France
The Guardian: l'Assemblée générale de l'Onu marquée par un "choc des titans"
Les discussions concernant la réforme de la composition du Conseil de sécurité liée à la fin du monde bipolaire et à l'émergence de nouvelles puissances durent depuis des années. Pourtant d'accord sur la nécessité d'une réforme, plusieurs Etats n'arrivent cependant pas à se mettre d'accord sur ses modalités.

Ainsi, certains pays, dont la France, soutiennent les candidatures de l'Allemagne, du Brésil, de l'Inde et du Japon à un poste de membre permanent du Conseil de sécurité.

Pourtant, dans la mesure où les pays siégeant dans cet organe incontournable acquièrent une capacité d'influence et un poids politique particulier, l'hypothèse d'un élargissement entraîne des rivalités régionales non-négligeables, ce qui complique la réalisation de la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies.

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала