Les hackers du monde entier font front uni contre l'EI

© Fotolia / Sergey NivensLes hackers du monde entier font front uni contre l'EI
Les hackers du monde entier font front uni contre l'EI - Sputnik France
Selon une récente étude, les partisans du groupe djihadiste Etat islamique disposaient d'environ 46.000 comptes sur Twitter à la fin de 2014, dont chacun avait près d'un millier de fans.

Des hackers du monde entier s'associent pour lutter contre la présence de groupes terroristes sur le web et en premier lieu le groupe Etat islamique (EI).

Lutte contre l'EI: l'Inde se décide à renforcer son contrôle sur Internet? - Sputnik France
Lutte contre l'EI: l'Inde se décide à renforcer son contrôle sur Internet?
Un groupe formé par les hackers, baptisé Ghost Security, surveille notamment les activités des terroristes sur Internet et recherche des informations sur les éventuelles attaques terroristes.

Ghost Security (GhostSec) affirme avoir bloqué près de 60.000 comptes d'extrémistes sur Twitter et mis hors service près de 130 sites internet. Les membres du groupe déclarent en outre avoir contribué à déjouer des attentats à New York et sur l'île de Djerba, en Tunisie, organisés par l'EI.

Les extrémistes "parlaient, comme toujours, de leurs projets sur Twitter et les pièces du puzzle ont commencé à se mettre en place. Nous avons (…) alerté les autorités qui nous ont informés quelques jours plus tard des mesures prises compte tenu de nos informations. Elles nous ont dit que nous avions déjoué un attentat", a déclaré un membre de GhostSec à la chaîne de télévision RT.

Internet - Sputnik France
Washington gardera la main sur Internet trois ans de plus
Les hacktivistes contactent les autorités américaines par le biais d'un cabinet de conseil pour la sécurité, Kronos Advisory, qui partage ces informations précieuses avec d'autres pays, d'après son cofondateur Michael Smith.

"Les hackers recueillent des données qui pourraient permettre de déjouer des attentats, révéler des filières de recrutement et découvrir les méthodes de propagande. Ces données sont remises aux représentants des institutions judiciaires, des services de renseignement et de l'armée américains, ainsi qu'aux autorités d'autres pays si c'est nécessaire pour lutter contre le terrorisme", a expliqué M.Smith.


Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала