Un "troisième œil" qui divise les scientifiques chinois

© Sputnik . Eugene Biyatov / Aller dans la banque de photosUn oeil géant
Un oeil géant - Sputnik France
Une exposition d’anciens crânes à Urumqi (région chinoise du Xinjiang) a laissé perplexes les experts chinois. Les 68 crânes exposés ont un trou sur l’os occipital, rappelant le "troisième œil". Son origine divise les archéologues, rapportent les médias chinois.

Certains chercheurs supposent que les trous sont dus à des blessures mortelles reçues au cours d'un combat entre des tribus guerrières peuplant à l'époque le nord-ouest de la Chine.

Les fouilles archéologiques - Sputnik France
Mexique: découverte d’un mur de crânes humains

D'autres scientifiques les considèrent comme les traces d'une intervention chirurgicale visant à sauver la vie des anciens habitants du Xinjiang.

A titre d'exemple, ils mettent en avant certaines opérations pratiquées dans le passé par les Aztèques et d'autres peuples de l'Amérique précolombienne. Après avoir subi une telle opération, les "patients" continuaient à vivre comme si de rien n'était.

En outre, la trépanation rituelle du crâne était une pratique courante à l'époque: les moines tibétains y procédaient par le biais d'une technique spéciale permettant d'"ouvrir le troisième œil".

Les scientifiques ont toutefois l'intention de faire appel aux criminologues: peut-être seront-ils en mesure de déterminer l'origine des trous insolites percés dans les boîtes crâniennes.

Des sculptures d'avant-garde découvertes dans des fouilles à Berlin

Les crânes ont été mis au jour lors de fouilles menées dans la région du Xinjiang de 1986 à 1989. Leur âge est estimé à 2200-2800 ans.

Même aujourd'hui, les expérimentations sur "l'ouverture du troisième œil" ne sont toujours pas inoffensives. Wafaa Bilal, un artiste avant-gardiste américain, a été contraint de se débarrasser de la caméra qu'il s'était fait greffer dans la nuque. Son organisme a rejeté une telle "mise à jour": le "troisième œil" n'était pas compatible avec le reste du corps. Toujours est-il que le photographe ne va pas baisser les bras.

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала