Toujours pas d'accord sur le rôle d'Assad dans le règlement du conflit syrien

© AFP 2022 JOE KLAMAR Négociations de Vienne sur le règlement de la crise en Syrie, le 30 Oct., 2015
Négociations de Vienne sur le règlement de la crise en Syrie, le 30 Oct., 2015 - Sputnik France
Les participants aux négociations de Vienne sur le règlement de la crise en Syrie n'ont pas réussi à s'entendre sur la place du président syrien dans ce processus, tant les divergences sont grandes.

Les discussions de Vienne sur le règlement de la crise en Syrie n'ont pas permis d'aboutir à un accord sur le rôle du président syrien Bachar el-Assad dans ce processus, a reconnu vendredi devant les journalistes le chef de la diplomatie irakienne, Ibrahim al-Jaafari. 

"Nous n'avons pas réussi à nous entendre sur le rôle d'Assad dans le règlement politique", a constaté le ministre.

Et de préciser que la question de la place du gouvernement d'Assad dans le règlement politique en Syrie restait ouverte. 

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov. Archive photo - Sputnik France
Entente sur le départ d'Assad: Lavrov dénonce une pure invention

"D'autre part, il est évident que tout le monde est d'accord pour que les groupes terroristes qui commettent des attentats n'aient pas de place dans un tel règlement", a souligné M.al-Jaafari. 

Selon le ministre, les participants aux négociations ont convenu de la nécessité de combattre le terrorisme, de régler politiquement la crise en Syrie, d'en finir avec l'effusion de sang et de rechercher une solution qui associe différentes forces, à l'exception des terroristes. 

Jeudi 29 octobre, une nouvelle rencontre quadripartite s'est tenue à Vienne pour tenter d'avancer dans le règlement de la crise syrienne. Vendredi, à l'initiative de Moscou, d'autres acteurs régionaux, capables d'apporter leur contribution à la normalisation de la situation, notamment l'Egypte, l'Iran, l'Irak et le Liban, ont rejoint la Russie, les Etats-Unis, l'Arabie saoudite et la Turquie dans la capitale autrichienne. Certains participants aux négociations réclament le départ de Bachar el-Assad, d'autres déclarent au contraire qu'il ne revient qu'aux Syriens d'en décider. Les divergences sur le sort du président syrien demeurent.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала