Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Turquie compatit… mais refuse toujours de s'excuser

© Photo DHALa Turquie compatit… mais refuse toujours de s'excuser
La Turquie compatit… mais refuse toujours de s'excuser - Sputnik France
S'abonner
Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu a refusé lundi de s'excuser pour l'avion abattu par la Turquie, toujours en déclarant comprendre les sentiments des Russes après la mort du pilote du Su-24.

Aujourd'hui à Bruxelles, Ahmet Davutoglu a expliqué la position d'Ankara par rapport au bombardier russe abattu à la frontière syrienne, le 24 novembre.

Le chef du gouvernement turc affirme compatir avec la Russie. Pourtant, il persiste toujours dans son opinion que la Turquie n'a pas à s'excuser du crash du Su-24:

"Aucun pays ne peut nous demander des excuses car nous n'avons fait que notre devoir", a lancé M.Davutoglu.

Néanmoins, Ankara estime toujours voir Moscou changer d'avis au sujet de la levée des sanctions antiturques:

"Nous espérons que la Russie reconsidérera" les sanctions économiques décrétées par Moscou "car elles sont contraires à nos intérêts à tous les deux", s'opiniâtre Ahmet Davutoglu.

"Nous sommes prêts à parler" et "nous n'avons aucunement l'intention d'avoir une escalade" avec Moscou, a déclaré à plusieurs reprises le numéro deux turc.

Un poster avec une image du président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan - Sputnik France
A la COP21, Russie et Turquie gardent leurs distances
Le 24 novembre, un chasseur F-16 de l'armée de l'air turque a abattu un bombardier russe Su-24 impliqué dans la campagne de frappes aériennes contre les positions de l'Etat islamique en Syrie. Selon Ankara, l'avion russe a violé l'espace aérien turc. Moscou dément ces rapports tout en soulignant que son bombardier ne présentait aucune menace pour la Turquie.

Suite à l'incident, le président russe Vladimir Poutine a accusé les autorités turques de faire le jeu des terroristes dans la région. Dans les jours suivant la destruction de l'avion, la Russie a adopté des sanctions économiques à l'encontre de la Turquie.

Fruits and vegetables - Sputnik France
L’Egypte remplacerait la Turquie sur le marché russe
Ces sanctions comprennent notamment l'interdiction des vols charters entre la Russie et la Turquie, l'interdiction aux employeurs russes d'embaucher des travailleurs turcs à partir du 1er janvier, ou encore l'interdiction d'importations de certaines marchandises turques.

La Russie a également pris la décision de suspendre, dès le 1er janvier 2016, le régime sans visas avec la Turquie.


Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала