Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Mmm… Danone! Le groupe français ferme deux sites en Russie

© YouTubeDanone
Danone - Sputnik France
S'abonner
Alors que le marché russe des produits laitiers est en plein essor, le groupe français Danone ferme ses usines.

Dans le cadre de la restructuration de ses capacités industrielles, le groupe agroalimentaire français Danone, qui totalise une vingtaine de sites de production en Russie, fermera celui de Tomsk (Sibérie occidentale) et celui de Tcheboksary (région de la Volga).

Les sanctions contre Moscou risquent de ruiner les agriculteurs allemands - Sputnik France
Les sanctions contre Moscou risquent de ruiner les agriculteurs allemands
Dans le communiqué publié par la société sur son site russe, Danone explique que ces mesures sont dues à l'usure technologique des usines évoquées, à leur faible rendement et à la baisse des ventes, facteurs qui ne permettent plus de maintenir des standards de qualité élevés.

Néanmoins, le groupe français souligne qu'il n'envisage pas de renoncer à ses projets en Russie et investira 700 millions de dollars dans la modernisation de ses capacités de production d'ici fin 2017.

Les deux usines qui vont être fermées sont les «rejetons» de la société russe Unimilk. En effet, en 2010, le groupe français a fusionné ses activités dans le secteur des produits laitiers frais avec le russe Unimilk. Après la fusion, le groupe Danone-Unimilk est devenu le leader des produits laitiers en Russie, indique Danone.

Danone est une des premières sociétés occidentales à s'être implantée sur le marché russe. Le groupe s'installe en Russie en 1992, ouvrant un magasin à Moscou, rue Tverskaïa, à quelques mètres de la Place Rouge.

Les agriculteurs en colère ont barré une autoroute à l'ouest de la France - Sputnik France
Les éleveurs français à Moscou pour lever les sanctions
En 2014, en réponse aux sanctions décrétées à l'encontre de la Russie, Moscou a frappé d'embargo plusieurs denrées alimentaires, dont les produits laitiers, la viande, les fruits et les légumes en provenance de l'UE, du Canada, de l'Australie et de la Norvège.

Peu après l'entrée en vigueur de l'embargo, le programme de substitution aux importations a été hissé au premier rang des priorités gouvernementales par le président Poutine. Avec 26% de croissance en une année, le secteur laitier national s'est montré des plus performants. Dans certaines régions, dont Moscou, la part des produits laitiers russes a atteint 90% du marché.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала