Berlin remet l'ordre d'intégration

L'Allemagne a présenté un projet de loi sur l'intégration.

migrants - Sputnik France
Les grandes entreprises allemandes déterminées à aider les réfugiés
Sa devise est "contribuer et exiger", sous-entendant une aide à la masse migratoire pour l'intégrer couplée aux obligations des réfugiés de rejoindre les capacités d'intégration proposées.

Ces propositions sont le résultat d'une réunion du cabinet à huis clos dans sa résidence, au château de Meseberg. Les partenaires de la coalition rouge-noir ont réussi à régler leurs différends sur plusieurs aspects du problème d'intégration. Certains commentateurs l'interprètent comme un signe indiquant que la coalition ne s'effondrera pas d'ici les élections en septembre 2017.

Migrants en Allemagne - Sputnik France
Les migrants en Allemagne devraient suivre des cours d'intégration
A terme, l'autorisation de séjour en Allemagne sera délivrée uniquement sur présentation d'un certificat de réfugié. L'une des principales nouveautés est la possibilité des autorités de forcer les migrants à suivre des cursus d'intégration spéciaux. Dans le même temps, leur lieu de résidence sera prescrit. C'est les Lander qui décideront où envoyer les réfugiés ou interdire leur installation. De cette manière, il est prévu d'assurer une répartition uniforme des réfugiés.

Bien qu'un programme soit déjà en vigueur sur le marché du travail pour les migrants, le gouvernement a l'intention de créer avec les fonds du budget 100 000 postes supplémentaires. L'agence fédérale du travail aura le droit de forcer les réfugiés à accepter un travail proposé. Sinon, leurs aides pourraient être réduites au montant minimum.

Migrants - Sputnik France
L’Allemagne veut obliger les réfugiés à suivre des cours d’intégration
Il est évident que cette loi pourrait jouer un rôle important dans le règlement de la crise migratoire. Mais ce n'est pas une panacée. En particulier, en un an le nombre d'attaques contre les camps de logement provisoire des réfugiés a quadruplé.

En ce qui concerne le nombre de crimes pour un motif politique, leur nombre a augmenté de 39 000 en 2015, a annoncé le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière. Le gouvernement, dit-il, est contre le racisme et la xénophobie. Mais c'est toute la société qui est appelée à s'opposer à la radicalisation croissante.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала