La "Grande Bretagne", bientôt une "petite Angleterre" en cas de Brexit?

© AFP 2022 Ben StansallBrexit
Brexit - Sputnik Afrique
Il ne faut pas transformer la Grande-Bretagne en "petite Angleterre" a déclaré le premier ministre britannique David Cameron pendant un débat avec Nigel Farage, leader du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP), écrit mercredi RIA Novosti. Selon lui, ce n'est pas parce que le pays est en désaccord avec l'UE qu'il doit la quitter.

"Bruxelles a-t-il besoin de réformes? Oui. Faut-il travailler plus ouvertement avec les institutions de l'UE? Oui… La question n'est pas de savoir si le Parlement européen nous plaît ou non. Il ne me plaît pas. La question est de savoir si nous sommes plus forts à l'intérieur de cette institution. Nous devons nous trouver dans cette organisation, nous battre pour les intérêts britanniques et les emplois britanniques. Nous ne sommes pas de ceux qui prennent et partent. Être préoccupé par certaines choses n'est pas une raison pour partir", a déclaré Cameron.

Il a appelé ses compatriotes à ne pas voter pour une "petite Angleterre", insinuant que le Brexit entraînerait la perte de l'influence actuelle du Royaume-Uni.

Lettre d'amour - Sputnik Afrique
Opposées au Brexit, des personnalités européennes déclarent leur flamme à Londres
"Je m'inquiète car notre économie souffrirait si nous sortions de l'UE. Nous perdrions l'accès à un marché vital pour nous, et je pense qu'il serait juste pour les Britanniques de se battre pour une Grande-Bretagne au sein de l'UE au lieu d'accepter la proposition de Nigel Farage d'une "petite Angleterre", a déclaré Cameron.

"Ce n'est pas le pays que nous voulons, ni pour nous ni pour nos enfants, et je ne pense pas que cela serait juste pour le Royaume-Uni", a-t-il ajouté.

Cameron a souligné également que la plupart des experts économiques estimaient que le Brexit aurait un impact très négatif sur la situation financière du Royaume-Uni. "Bien sûr, nous survivrons. Mais la question est de savoir si nous pourrons prospérer. Certes, nous trouverons notre chemin, mais je ne pense pas qu'il soit juste", a-t-il conclu.

De son côté, Farage a déclaré qu'à l'heure actuelle l'UE "tendait la main aux terroristes". Selon lui, la sortie du pays de l'Union européenne permettrait au Royaume-Uni de recouvrer une certaine indépendance et de régler partiellement la question migratoire.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала