La moitié des Françaises refusent de porter des mini-jupes

CC BY 2.0 / heipei / ParisLe métro parisien
Le métro parisien - Sputnik Afrique
Selon une étude récente, la moitié des femmes françaises ont renoncé aux vêtements ouverts. La cause principale ? Le harcèlement sexuel, de plus en plus fréquent, en particulier dans les transports publics.

Un bataillon féminin défile sur la Place Rouge le 9 mai 2016 - Sputnik Afrique
Les mini-jupes, fer de lance de l'armée russe?
De plus en plus de françaises préfèrent s’habiller plus discrètement, en évitant les vêtements ouverts, pour ne pas attirer l’attention. En cause, la multiplication des cas de harcèlement sexuel dans les transports publics, rapporte The Local.

Selon une étude de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut), 48% des femmes françaises ont abandonné les jupes, choisissant de porter des pantalons. Elles préfèrent également utiliser un foulard ou un châle pour couvrir leur décolleté.

Le même pourcentage de femmes a déclaré préférer ne pas voyager dans les transports publics à certains moments de la journée, notamment en soirée.

Métro de Buenos-Aires, Argentine - Sputnik Afrique
Des wagons réservés aux femmes pour combattre le harcèlement sexuel?
D’après l’enquête de la Fnaut, 34% des sondées ont décidé de prendre un taxi ou un vélo pour éviter les dangers des transports publics.

Dans le même temps, le sondage, auquel 6.000 personnes ont pris part, révèle des chiffres stupéfiants. 

87% des françaises admettent avoir été victimes de harcèlement sexuel dans les transports publics (violences, menaces ou tentatives de viol). La plupart de ces incidents (86%) se sont produits en présence d'autres personnes, mais dans 89% des cas, les témoins n’ont pas essayé de défendre les victimes.


Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала