Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Vieillissement des animaux clonés: un mythe passé au crible de la science

S'abonner
Des chercheurs britanniques affirment que les brebis clonées vieillissent à la même vitesse que leurs congénères ordinaires.

beagles - Sputnik France
La Chine construira le plus grand centre de clonage au monde
Une équipe de biologistes de l'université de Nottingham (Royaume-Uni) a minutieusement étudié les changements d'âge que subissent les brebis clonées au fil des ans. A les en croire, les animaux clonés vieillissent à la même vitesse que leurs congénères conçus de façon traditionnelle.

Bien décidé à donner du poids à leur hypothèse, les scientifiques ont étudié treize brebis, dont l'âge varie entre sept et neuf ans. Il est à noter que quatre animaux avaient été clonés à partir du même matériel génétique que la brebis Dolly (les noyaux de cellules de glande mammaire).

Les biologistes ont mesuré chez ces moutons la tolérance au glucose, la sensibilité à l'insuline, la pression sanguine, l'état des muscles et des os, pour dresser, disent-ils, la première évaluation globale de la maladie liée à l'âge chez des clones d'animaux.

On a constaté des cas d'arthrose légère et un cas de forme modérée, pas inhabituelles pour leur âge.

Offrez-vous un clone en Lego - Sputnik France
Offrez-vous un clone en Lego
Ainsi, au terme de leur recherche, les biologistes ont réussi à démontrer que le "vieillissement précoce de Dolly" n'était qu'un mythe de plus, les brebis clonées vieillissant à la même vitesse que leurs congénères ordinaires.

Dolly est le premier mammifère cloné à l'aide d'une technique appelée transfert nucléaire de cellules somatiques (SCNT). Née il y a 20 ans, le 5 juillet 1996, Dolly a développé une arthrose invalidante du genou alors qu'elle avait cinq ans et est morte de maladie pulmonaire à l'âge de six ans — soit à environ la moitié de l'espérance de vie de sa race de moutons Finn-Dorset.

Le clonage d'animaux est utilisé dans l'agriculture, principalement pour créer des reproducteurs, mais il est également employé dans un commerce lucratif offrant de remplacer l'animal de compagnie chéri décédé.

Les résultats de cette recherche ont été publiés dans la revue scientifique Nature Communications.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала