Couloir Xinjiang-Gwadar: un projet économique ou un outil géopolitique de Pékin?

© AFP 2022 STRA Pakistan security personnel stands guard near the the Beijing-funded "megaport" of Gwadar, in southwestern Pakistan
A Pakistan security personnel stands guard near the the Beijing-funded megaport of Gwadar, in southwestern Pakistan - Sputnik France
Pékin et Islamabad ont convenu au début de cette semaine d'accélérer la construction du couloir économique sino-pakistanais, qui devrait relier Kashgar dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang en Chine au port de Gwadar dans le sud-ouest du Pakistan.

La construction accélérée de l'infrastructure reliant le nord-ouest de la Chine à la baie d'Aden s'inscrit dans la nouvelle stratégie de Pékin qui consiste à renforcer ses positions dans l'océan Indien et au Proche-Orient, considèrent des experts russes, tandis que les spécialistes chinois évoquent en premier lieu les intérêts régionaux et économiques.

"Le couloir économique sino-pakistanais est la principale composante de l'initiative «une ceinture, d'une voie» et sa construction joue un rôle important aussi bien dans les relations bilatérales entre la Chine et le Pakistan que pour la paix, la stabilité et le développement de l'Asie du Sud dans son ensemble", estime Ren Yuanzhe de l'Académie diplomatique chinoise.

Pour lui, ce projet n'a pas pour but de déloger d'autres pays et d'augmenter l'influence de la Chine. Au contraire, il espère que ce projet permettra de développer la coopération dans la région et d'animer davantage la coopération entre l'Empire du Milieu et l'Asie du Sud.

Or, pour d'autres experts l'intensification de la construction du couloir pourrait remplir les intérêts géopolitiques de la Chine, où le Pakistan devient un pont entre la Chine et le Proche-Orient. Selon l'expert militaire russe Vladimir Evseïev, Gwadar peut devenir un nouveau point d’ancrage de navires chinois.

"Selon les informations dont nous disposons, le port de Gawdar accueille actuellement des navires de combat de la Marine chinoise. Nous pouvons supposer que Gawdar soit déjà partiellement employé comme une base navale chinoise et (…) en elle-même la présence de la Chine dans ce port signifie sa présence non seulement en Asie du Sud, mais au Proche-Orient. Apparemment, dans une proche perspective, on pourrait encore y voir apparaître une base militaire chinoise", considère l'expert.

Crew members of Chinese Navy stand guard on the deck of Chinese navy ship Wei Fang - Sputnik France
La Chine lance l'aménagement de sa première base navale à Djibouti
Pour M. Evseïev, ceci signifie que la Chine élargit son champ d'action non seulement économique, mais aussi se montre en tant qu'une puissance qui crée des bases militaires dans les régions du monde qui l'intéressent. Ainsi, sa base à Djibouti est créée dans la proximité immédiate de la base américaine, ce qui permet en fait de contrôler son activité et de procéder à un renseignement technique.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала