Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Pour 90% des Turcs, les USA ne sont plus un allié

© REUTERS / Kayhan Ozer/ Presidential PalaceLe vice-président américain Joe Biden et le président turc Recep Tayyip Erdogan
Le vice-président américain Joe Biden et le président turc Recep Tayyip Erdogan - Sputnik France
S'abonner
Les Etats-Unis ne sont plus considérés par l'écrasante majorité des Turcs (90%) comme un partenaire stratégique de leur pays, selon les résultats d'un sondage récent réalisé par le centre national Mak Danışmanlık.

Les résultats d'un sondage réalisé par le centre MAK Research Company du 27 août au 2 septembre montrent qu'environ 90% des Turcs ne considèrent plus les Etats-Unis comme un partenaire stratégique de leur pays, a déclaré à Sputnik le chef du centre Mehmet Ali Kulat, ajoutant que seulement 4% des sondés faisaient encore confiance aux Américains. 

"Dans sa majorité, l'opinion turque est persuadée que l'Amérique se tient derrière la tentative de coup d'Etat du 15 juin, et l'information selon laquelle la base de l'Otan à Incirlik aurait été utilisée par les putschistes pour ravitailler leurs F-16 n'a fait que conforter cette conviction", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Hossein Amir-Abdollahian - Sputnik France
"Les USA sont derrière la tentative de putsch en Turquie"

Et de rappeler qu'une écrasante majorité de Turcs était convaincue de la responsabilité du prédicateur islamique et ex-imam Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis depuis 1999, dans la tentative de putsch, qui avait été suivie d'une immense purge de ses partisans dans la fonction publique turque.

Ankara accuse Fethullah Gülen d'être le cerveau du putsch avorté et exige son extradition. Washington reste toutefois sourd à cette revendication d'Ankara, ce qui ne fait qu'attiser l'ire des citoyens turcs.

Erdogan Obama - Sputnik France
Tentative de coup d'État en Turquie: "les services spéciaux US impliqués"

"L'irritation à l'égard des Etats-Unis est telle au sein de la société turque qu'en l'absence de l'état d'urgence décrété dans le pays, les ONG auraient organisé des protestations d'envergure en face de l'ambassade américaine qui auraient pu dégénérer en troubles publics", a estimé M.Kulat. 

Il a fait remarquer à cette occasion que lors de la dernière visite du vice-président américain Joe Biden en Turquie, un accueil moins chaleureux qu'auparavant lui avait été réservé.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала