Cet homme voulait devenir un Zèbre, c'est chose faite!

CC0 / sharonang / Zebra
Zebra - Sputnik Afrique
A Vienne, en Autriche, un homme a remporté le droit de porter le nom Zebra (zèbre en allemand, ndlr) en dépit des efforts acharnés déployés par les autorités municipales.

Bob - Sputnik Afrique
Le maître de Bob le chat a-t-il trompé ses fans?
Un zèbre, c'est un « cheval sauvage vivant dans les savanes africaines », comme le pensait d'abord le magistrat de la ville de Vienne. Zèbre, c'est aussi à présent un… nom de famille !

À condition qu'on puisse trouver des pièces justificatives dans l'histoire familiale, on a désormais le droit de changer son nom de famille en Zèbre. Du moins, c'est ce que confirme la décision de la Cour constitutionnelle d'Autriche, allant à l'encontre du verdict des autorités municipales de Vienne.

En Autriche, un homme a voulu retrouver son ancien nom de famille que le père de son père avait abandonné dans les années 50, selon toute évidence en raison de son caractère pour le moins ambigu : de génération en génération, ses ancêtres avaient porté le nom de Zebra (zèbre en allemand, ndlr), écrit le site Die Presse.

Le dernier Zebra, un grand oncle du demandeur, est mort en 1991. Depuis lors, ce nom de famille a cessé d'exister en Autriche.

Bien décidé à retrouver son ancien nom, le demandeur s'est ainsi adressé au magistrat de la ville de Vienne. Cependant, les autorités municipales n'ont pas donné suite à se demande.

Selon eux, le nom Zebra est tombé en désuétude, aucune personne en Autriche ne le portant plus. Pour s'en assurer, ont-ils poursuivi, il suffit de jeter un coup d'œil dans les registres d'état civil. La cour administrative, elle aussi, a de son côté rejeté la demande du jeune Viennois, la loi interdisant les noms inexistants, « hors usage » en Autriche.

Un chat dans la neige - Sputnik Afrique
Un Russe conquiert des sommets avec son chat sur l’épaule
Ce verdict a cependant été contesté par la Cour constitutionnelle d'Autriche, selon laquelle les autorités municipales ont ainsi violé le droit au respect de sa vie privée et familiale. La Cour a notamment admis que chaque nom de famille était pourvu d'une dimension historique, ce qui permet en l'occurrence de reprendre le nom de ses ancêtres même s'il a cessé d'exister depuis longtemps en tant que tel.

« À mon avis, on ne peut qu'approuver la décision de la Cour constitutionnelle », souligne l'avocat du jeune homme, Harald Karl. « C'est beaucoup plus étonnant que les autorités judiciaires municipales se soient risquées à rejeter la demande de mon client, d'autant plus qu'il s'agissait selon toute évidence de ses intérêts personnels et non pas des intérêts publics. »

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала