Londres ne compensera pas sa sortie de l'UE grâce à l'Inde

© REUTERS / Adnan AbidiBritain's Prime Minister Theresa May (R) and her Indian counterpart Narendra Modi arrive for a photo opportunity ahead of their meeting at Hyderabad House in New Delhi, India, November 7, 2016.
Britain's Prime Minister Theresa May (R) and her Indian counterpart Narendra Modi arrive for a photo opportunity ahead of their meeting at Hyderabad House in New Delhi, India, November 7, 2016. - Sputnik Afrique
Le Royaume-Uni comptait sur la visite de la première ministre britannique Theresa May à New Delhi pour prouver qu'il pouvait prospérer sans l'UE.

Mais ces plans sont restés lettre morte en raison de divergences sur le dossier de l'immigration. Les Indiens critiquent notamment la loi exigeant d'expulser les étudiants diplômés d'universités britanniques s'ils ne trouvent pas de travail. Le premier ministre indien Narendra Modi a averti que l'avenir des relations bilatérales dépendrait de l'ouverture des frontières entre les deux pays.

Theresa May: le parlement doit reconnaître la légitimité du Brexit - Sputnik Afrique
Theresa May: le parlement doit reconnaître la légitimité du Brexit
L'époque à laquelle l'Inde était un "joyau de la couronne britannique" est révolue depuis longtemps. Mais certains vestiges de l'influence britannique sur ce pays persistent.

Les représentants de la communauté d'affaires indienne ont appelé Londres à réduire le prix du visa de deux ans de 409 à 108 dollars — le montant payé par les Chinois. Narendra Modi a soutenu les revendications de sa population en indiquant que la liberté d'éducation et de circulation de la jeune génération indienne était une condition sine qua non pour le développement des relations indo-britanniques.

Les plaintes des Indiens ont donc visé le point faible de la politique nationale du Royaume-Uni. En effet, les partisans du Brexit appelaient avant tout à restreindre l'immigration, ce qui a considérablement réduit la marge de manœuvre de Theresa May. Comme sa population exige de réduire le flux migratoire, elle ne peut donc pas libéraliser le système de délivrance des visas. De plus, le gouvernement britannique a adopté la semaine dernière de nouvelles restrictions en la matière. Désormais, les compagnies étrangères qui souhaitent faire venir des travailleurs au Royaume-Uni devront augmenter le seuil de salaire minimal, ce qui préoccupe les directeurs des compagnies technologiqes indiennes.

Quand le premier ministre indien a la poignée de main d’un superhéros - Sputnik Afrique
Quand le premier ministre indien a la poignée de main d'un superhéros
May n'a pas non plus réussi à rencontrer les directeurs de la compagnie Tata Steel, qui avait annoncé vouloir vendre une partie ou l'ensemble de son entreprise implantée dans le pays de Galles du Sud. 4 000 métallurgistes pourraient perdre leur emploi.

Sans oublier les prévisions pessimistes de la Fédération de la chambre indienne de commerce et d'industrie, que 800 sociétés indiennes basées au Royaume-Uni voyaient comme un portail vers l'UE. Dorénavant Londres, perd ce rôle alors même que les exportations au Royaume-Uni ont diminué à cause de la chute du taux de change de la livre.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала