Les astronomes découvrent les premiers «germes» des galaxies

© Robert Crain, James Geach, Andy Green and Swinburne Astronomy ProductionsLes astronomes découvrent les premiers «germes» des galaxies
Les astronomes découvrent les premiers «germes» des galaxies - Sputnik France
Les astronomes sont parvenus à découvrir des groupes primitifs de galaxies naines qui ont formé les premières «mégapoles d’étoiles» de l'univers dans un passé lointain, lit-on dans la revue scientifique Nature.

Les chercheurs de l'Université Columbia à New York, aux Etats-Unis, sont arrivés à découvrir sept groupes isolés d'anciennes galaxies naines qui pourraient expliquer les mécanismes de formation d'autres galaxies.

« Selon la théorie, les groupes de ce genre doivent être très rares dans l'univers et existent en petit nombre dans l'ère moderne. Leur étude nous donnera les clés du passé et aidera à découvrir les mécanismes de formation des galaxies isolées plus grandes », raconte Mary Putman de l'Université Columbia citée par la revue Nature.

Selon les scientifiques, les premières galaxies nées de l'effondrement gravitationnel de nuages de gaz géants ont surgi dans le vide de l'univers en raison de la répartition inégale de la matière. Les chercheurs associent cette répartition à l'« écho » gravitationnel du processus d'expansion ultrarapide de l'univers après le Big Bang.

​Certains nuages se sont transformés en galaxies distinctes tandis que d'autres objets plus grands sont devenus les ancêtres de centaines de « mégapoles d'étoiles ».

Les scientifiques se demandent désormais où sont passées toutes les galaxies naines dont l'existence est prédite par la théorie et les données des télescopes WMAP et Plank.

Les chercheuses Annie Caraccio et Lucie Poulet - Sputnik France
Mars sur Terre: les scientifiques participeront à une expérience de simulation
Mary Putman a raconté que le nombre de petites galaxies dans l'univers visible était environ dix fois inférieur au nombre escompté conformément à la distribution de la matière dans l'univers liée au Big Bang.

Outre cela, ces dernières années, les astronomes ne sont parvenus à trouver aucun des amas de galaxies naines dont l'existence est prédite par la théorie et les modèles informatiques de l'univers.

Les scientifiques ont franchi la première étape afin d'expliquer cette énigme en regardant les objets les moins lumineux dans le ciel nocturne de l'hémisphère nord à l'aide de puissants télescopes optiques situés à Hawaii et sur le continent américain.

Les astronomes ont trouvé plusieurs dizaines de paires de galaxies naines semblables. Ensuite, ils ont calculé leur vitesse de déplacement et essayé de comprendre s'il y avait un lien entre elles et la gravité. Après avoir analysé le décalage vers le rouge de leur rayonnement, les experts ont différencié soixante galaxies naines combinées en sept amas relativement grands.

Contrairement à beaucoup d'autres petites galaxies et amas, dont la matière noire constitue 99,99% de la masse totale, ces objets contenaient une quantité « normale » de matière noire, semblable à celle trouvée dans la Voie Lactée et dans d'autres grandes galaxies. Par conséquent, on peut dire que les prédictions de la théorie du Big Bang sont correctes.

La terre de nuit depuis l'espace - Sputnik France
Des chercheurs russes proposent un «miroir» spatial illuminant la Terre la nuit
Mary Putman estime que l'étude de ces objets aidera à comprendre comment la Voie Lactée et d'autres galaxies spirales sont nées. Les astronomes sont actuellement d'avis que les « mégapoles d'étoiles » en forme de spirale n'ont pas pu se former à partir de nuages « purs » de gaz intergalactique, car elles seraient semblables, d'après leur forme, à des galaxies elliptiques et non pas à des « crêpes » plus épaisses au centre.

Les scientifiques suggèrent que la Voie Lactée et des amas d'étoiles similaires ont surgi à la suite de fusions et de collisions entre les galaxies dans ces « amas nains ». Les auteurs de l'article espèrent prouver cette hypothèse à l'avenir grâce à la construction de nouveaux télescopes plus puissants. Ils envisagent en plus de mesurer la masse de ces objets et de déterminer la fréquence de leur collision.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала