Damas prêt à suspendre ses actions militaires en cas d’arrivée de la mission de l’OIAC

© AFP 2022 Omar haj kadourDamas prêt à suspendre ses actions militaires en cas d’arrivée de la mission de l’OIAC
Damas prêt à suspendre ses actions militaires en cas d’arrivée de la mission de l’OIAC - Sputnik Afrique
Le ministère russe de la Défense a adressé à Damas une demande d’arrêter les actions militaire dans la région de Khan Cheikhoun et de garantir aux experts internationaux un accès sécurisé sur les lieux de l’attaque chimique présumée.

Idlib - Sputnik Afrique
Enquête bloquée sur la Syrie: Moscou dénonce le «sabotage» des Occidentaux
L'armée syrienne se dit prête à décréter un moratoire complet sur les actions militaires dans la région de Khan Cheikhoun, afin d'assurer l'accès de la mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) chargée d'enquêter sur les événements du 4 avril, a annoncé ce lundi le ministère russe de la Défense.

Les troupes de Damas s'engagent également à garantir la sécurité des experts sur la base de Shayrat, où, d'après Washington, l'armée syrienne aurait stocké des armes chimiques.

« À la demande du ministère russe de la Défense, le commandement des forces armées syriennes s'est dit disposé à suspendre les hostilités dans la région concernée en cas d'envoi de la mission d'experts chargés d'enquêter sur les événements du 4 avril », a indiqué l'armée russe.

Selon elle, le moratoire syrien concernera les manœuvres de ses troupes, de l'aviation ainsi que de l'artillerie dans la région. Ces mesures concerneront également l'aérodrome de Shayrat.

Mardi 4 avril, une frappe aérienne sur la ville de Khan Cheikhoun dans la province d'Idlib, en Syrie, a été suivie par l'intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants.

Syrie - Sputnik Afrique
«La Syrie est en guerre contre une forme de colonisation insidieuse»
Des sources locales proches de l'opposition font état de 80 morts et de 200 blessés et en imputent la responsabilité aux forces gouvernementales syriennes. Celles-ci rejettent ces accusations et expliquent que le bombardement aérien sur Khan Cheikhoun a touché un entrepôt d'armes chimiques de groupes terroristes, dont les agents actifs ont alors contaminé la population.

Les autorités russes demandent une enquête impartiale sur cette affaire avec l'implication de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). En l'absence d'une telle enquête, l'origine de l'intoxication aux produits chimiques des habitants de Khan Cheikhoun reste donc controversée.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала