Rapport de l'Onu sur l'attaque au gaz sarin en Syrie: «un faux politiquement biaisé»

L'ambassadeur russe auprès de l'Onu à Genève, Alexeï Borodavkine, a conseillé de ne pas faire attention au rapport de l’Onu, qui attribue l'attaque au gaz sarin de Khan Cheikhoun, le 4 avril dernier, à l'armée syrienne. Selon lui, il ne s’agit que d’un «faux politiquement biaisé et maladroitement fabriqué».

Le rapport de la Commission d'enquête des Nations unies sur la situation des droits de l'homme en Syrie concernant les accusations à l'encontre de Moscou et de Damas sur l'emploi d'armes chimiques est un exemple de faux maladroitement fabriqué, a estimé l'ambassadeur russe auprès de l'Onu à Genève, Alexeï Borodavkine.

«La partie du rapport consacrée à l'emploi d'armes chimiques par la Russie et les forces armées syriennes est un exemple de faux politiquement biaisé et maladroitement fabriqué", a-t-il déclaré.

L'ambassadeur est également persuadé que Moscou ne doit pas faire attention à de tels types d'accusation.

Armes chimiques - Sputnik France
Damas n'a pas employé et n'emploiera jamais d'armes chimiques contre les Syriens
L'hôpital de Khan Cheikhoun endommagé lors de l'attaque chimique présumée du 4 avril - Sputnik France
Enquête sur les armes chimiques en Syrie: la visite des experts Onu-OIAC indispensable
La Commission d'enquête des Nations unies sur la situation des droits de l'homme en Syrie a rendu public mercredi 6 septembre un rapport faisant état de 25 cas d'emploi d'armes chimiques entre mars 2013 et mars 2017. La Commission conclut que dans 20 cas, les attaques avaient été effectuées par les forces gouvernementales, essentiellement contre des civils. Les enquêteurs onusiens indiquent toutefois qu'ils ne possèdent aucun reste physique de bombe et qu'ils ne se sont pas rendus sur les lieux, Damas ne les autorisant pas à entrer en Syrie.

Les autorités syriennes ont déclaré à plusieurs reprises qu'elles n'ont jamais eu recours aux armes chimiques contre les civils ni contre les terroristes et que tout l'arsenal chimique avait été retiré du pays sous contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Les réserves syriennes d'armes chimiques ont été sorties du pays et en janvier 2016, l'OIAC a annoncé que l'arsenal chimique syrien avait été détruit.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала