La Russie n'aurait pas fourni à la Turquie les codes des S-400

© Sputnik . Sergey Malgavko / Aller dans la banque de photosS-400
S-400 - Sputnik Afrique
La Russie aurait rejeté la requête de la Turquie de permettre à ses spécialistes d'accéder aux systèmes internes des missiles antiaériens S-400 Triumph que la Russie a l'intention de livrer à Ankara. Les systèmes de reconnaissance «ami-ennemi» des S-400 conçus par la Russie seront également installés par les spécialistes russes.

«Nous ne transmettrons pas les codes électroniques et les équipements internes. Conformément au contrat, seule la Russie procédera à la maintenance technique. Les Turcs n'ouvriront pas les S-400», a déclaré une source de Gazeta.ru.

Et de poursuivre: «Nous n'avons pas accepté leur requête d'accéder aux systèmes internes des S-400 parce qu'on y installera le système ami-ennemi d'origine russe. Ils insistaient sur la remise du mot de passe et du contrôle, mais nous avons refusé.»

Las Vegas après la fusillade du 1er octobre 2017 - Sputnik Afrique
Plus de 400 personnes hospitalisées après la fusillade de Las Vegas
La Russie a déjà reçu de la part de la Turquie un acompte pour la livraison de missiles antiaériens S-400 Triumph, a annoncé vendredi 29 septembre le conseiller du président russe pour la coopération militaro-technique Vladimir Kojine. «Nous ne pouvons pas encore annoncer les délais de livraison. Ils veulent plus tôt, mais la question est encore à l'étude», a-t-il ajouté.

La confirmation a été annoncée le lendemain de la visite du président russe Vladimir Poutine à Ankara, où il s'est entretenu avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan: la vente de S-400 était un thème central de l'ordre du jour.

Plus tôt, le 25 septembre, le représentant du secrétariat de l'industrie de défense de la Turquie Ismail Demir a annoncé que les livraisons des S-400 commenceraient en Turquie d'ici deux ans.

Les cosmonautes fantômes, légendes de la conquête spatiale soviétique - Sputnik Afrique
En Russie, le métier de cosmonaute attire de plus en plus de candidats
Moscou et Ankara ont signé un contrat pour la fourniture en Turquie de S-400 russes le 12 septembre. Le jour même, le président turc a annoncé le versement du premier acompte pour les systèmes russes.

La livraison de S-400 à la Turquie, pays membre de l'Otan, a provoqué une réaction publique agitée aussi bien en Russie qu'en Occident. Quoi qu'il en soit, la Turquie sera le premier membre de l'Otan à se doter d'un système antiaérien avancé.

Le premier vice-président de l'Académie des problèmes de sécurité, de défense et d'ordre public, ancien commandant du QG des Troupes de missiles stratégiques russes Viktor Essine, explique que les accords sur la restriction d'accès aux systèmes internes de défense antiaérienne sont une pratique répandue quand il est question de la coopération militaro-technique et de l'exportation d'armements.

Il précise qu'un tel accord ne donne pas de garantie absolue que les technologies de production des S-400 russes ne se retrouveront pas entre les mains de l'Otan.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала