La première visite du roi saoudien en Russie promet-elle un contrat sur les S-400?

© Sputnik . Valery Melnikov / Aller dans la banque de photosПрилет короля Саудовской Аравии С. Аль-Сауда в Москву
Прилет короля Саудовской Аравии С. Аль-Сауда в Москву - Sputnik Afrique
Le roi saoudien Salmane ben Abdelaziz Al Saoud est arrivé mercredi à Moscou pour la première fois de l’histoire des relations bilatérales afin de s’entretenir avec le président russe Vladimir Poutine.

Les attentes sont énormes, notamment dans le domaine de la coopération militaire et technique, écrit jeudi le quotidien Kommersant.

Le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud est arrivé mercredi à l'aéroport gouvernemental Vnoukovo-2 avec sa délégation de plus de mille personnes. Il a été accueilli à sa descente de l'avion par une garde d'honneur et un orchestre, ainsi que par le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, expert du Moyen-Orient, et le vice-premier ministre responsable de la défense Dmitri Rogozine.

Седьмой король Саудовской Аравии Салман ибн Абдул-Азиз Аль Сауд - Sputnik Afrique
La passerelle en or du roi saoudien est tombée en panne à Moscou (Vidéo)
Selon une source diplomatique, la visite de cet hôte éminent, la première de l'histoire des relations bilatérales, a été préparée pendant plusieurs années: les spécialistes ont défini l'agenda des négociations de manière très méticuleuse en tenant compte du facteur géopolitique. Désormais, tout dépendra de l'entretien personnel entre les deux chefs d'État.

L'ordre du jour comprend plusieurs sujets. Les deux dirigeants évoqueront évidemment la situation sur le marché pétrolier: d'après Kommersant, Poutine et Al Saoud examineront non seulement la mise en œuvre de l'accord signé par les pays du groupe OPEP+ à la fin de l'année 2016, mais aussi les conditions possibles de sa prolongation éventuelle après 2018. Ils débattront également des relations internationales.

Le roi d'Arabie saoudite, Salmane ben Abdelaziz Al Saoud - Sputnik Afrique
1è visite officielle d’un roi d’Arabie saoudite en Russie: le roi Salmane arrive à Moscou
Les négociateurs russes attendent des échanges actifs sur la situation au Yémen, en Égypte et en Syrie (dans ce cas-là, il s'agirait de la création des zones de désescalade etc). «On évoquera probablement l'Iran, rival géopolitique principal de l'Arabie saoudite, indique une source. Comme les relations russo-iraniennes suscitent depuis des années le mécontentement de Riyad, nous avons préparé des arguments de réponse».

L'un des sujets les plus importants sera la coopération militaire et technique. Selon les sources de Kommersant dans le secteur, la Russie a préparé pour la visite saoudienne un paquet de contrats de près de 3 milliards de dollars prévoyant notamment la livraison de plusieurs divisions des systèmes de missiles S-400 Triumph. Les interlocuteurs du journal affirment que la signature de contrats n'est pas à l'ordre du jour mais que les parties pourraient lancer les négociations en ce sens si l'entretien entre les deux chefs d'État se soldait par les ententes nécessaires. «En cas d'issue positive, des contrats pourraient être signés lors de la séance de la commission intergouvernementale russo-saoudienne sur la coopération militaire et technique qui devrait avoir lieu à la fin du mois», estime une source.

Salmane ben Abdelaziz Al Saoud - Sputnik Afrique
Riyad: la visite du roi de l’Arabie saoudite en Russie sera «historique»
Moscou tente depuis dix ans de s'installer sur le marché saoudien des armes. Les parties ont évoqué par le passé des paquets de contrats s'élevant à 20 milliards de dollars, mais sans parvenir à aucun engagement concret jusqu'à présent. Le chef du holding public Rostec Sergueï Tchemezov y voit un facteur géopolitique: «Appelons les choses par leur nom. Les Saoudiens ne faisaient que jouer avec nous en disant: ne livrez pas les S-300 en Iran et nous achèterons vos armes, les chars ou d'autres véhicules». Selon les sources de Kommersant, les Saoudiens demandent un transfert de technologies dans le cadre des contrats, ce qui crée certaines difficultés, mais les ententes au sommet pourraient «aider à résoudre cette question». Rostec s'est abstenu mercredi de tout commentaire.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала