Madrid tente d'étouffer la «rébellion» de Barcelone

© Sputnik . Xavier Luengo / Aller dans la banque de photosСитуация у парламента Каталонии в Барселоне
Ситуация у парламента Каталонии в Барселоне - Sputnik Afrique
La confrontation entre les autorités espagnoles et les partisans de l'indépendance catalane est entrée en phase critique.

La décision prise par le gouvernement central pour appliquer à la Catalogne l'article 155 de la Constitution en cas de son approbation par le sénat permettra à Madrid de dissoudre la direction de l'autonomie avec son chef Carles Puigdemont et d'y organiser les élections anticipées, écrit lundi le quotidien Kommersant. Menacé par la perte du pouvoir et la suppression de l'autonomie, Carles Puigdemont qualifie les démarches de Madrid d'«attaque contre la démocratie» et appelle l'UE en espérant que les autorités espagnoles reculeront. Mais il ne dispose pas de leviers réels pour changer la situation — Madrid a repris l'initiative. Le scénario le plus plausible est l'organisation en Catalogne des élections anticipées et le maintien du statut de l'autonomie après le départ de Carles Puigdemont, qui n'aura pas réussi à mettre en œuvre le projet d'«indépendance catalane».

Partidarios del referéndum en Cataluña con Estelada, la bandera separatista - Sputnik Afrique
Catalogne : la voie étroite du compromis
La crise autour de la Catalogne continue de s'aggraver et de diviser la société en plaçant les politiciens des côtés opposés des barricades. Quelques heures après la décision du gouvernement du premier ministre espagnol Mariano Rajoy d'appliquer à l'égard de la Catalogne l'article 155 de la Constitution, permettant au centre de suspendre le statut d'autonomie, les opposants de Madrid ont fait défiler 450.000 personnes dans les rues de Barcelone. Il s'agissait de la plus importante manifestation depuis le début de l'opposition entre le centre et la région insurgée.

Tandis que Mariano Rajoy accusait Carles Puigdemont et son entourage de l'escalade, les principaux politiciens catalans ont renvoyé la balle dans le camp de Madrid. «Ce que Madrid n'a pas compris, c'est qu'il y a beaucoup de gens qui défendront l'autonomie et la démocratie. La myopie politique de Madrid est immense: ils ont répondu par un ajournement quand on proposait le dialogue, et quand nous avons voulu voter ils ont répondu par le bâton», a déclaré s'adressant à la foule l'ex-premier ministre catalan Artur Mas qui était à l'origine du mouvement pour la séparation de l'autonomie de l'Espagne.

Catalogne - Sputnik Afrique
Une chaîne de télévision catalane se rebelle contre l’ingérence de Madrid
Les manifestants barcelonais exigeaient la libération des leaders arrêtés de deux associations — de l'Assemblée nationale catalane Jordi Sanchez et de l'Omnium Cultural Jordi Cuixart.

La décision définitive devra être prise vendredi par le sénat espagnol. Si ce dernier approuvait les actions du gouvernement de Rajoy, le parlement catalan serait dissous et des élections anticipées seraient organisées d'ici six mois.

Toutefois, en appelant le parlement catalan à se réunir pour évoquer les mesures à adopter lundi, Carles Puigdemont n'a pas dit si les participants examineraient la déclaration sur l'indépendance. Dans les conditions où hormis l'organisation de nouvelles manifestations les autorités catalanes ne disposent pas de levers réels pour changer la situation, Madrid reprend l'initiative.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала