Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Accusée d’avoir eu un emploi fictif, Hidalgo prête à porter plainte

© REUTERS / Charles PlatiauAnne Hidalgo
Anne Hidalgo - Sputnik France
S'abonner
Après l'affaire PenelopeGate, les journalistes ont engagé une chasse aux hauts fonctionnaires français qui ont bénéficié d’un emploi fictif dans le passé. Le magazine Capital a publié article accusant la maire de Paris d'avoir touché un salaire fictif pendant deux ans. En réponse, Mme Hidalgo est déterminée à porte plainte en diffamation.

Un article du magazine Capital, sous le titre «Exclusif: les preuves qu'Anne Hidalgo avait un emploi fictif», affirme qu'entre 2001 et 2002 Anne Hidalgo aurait été payée pour un emploi qu'elle n'a pas occupé au ministère du Travail, tout en étant première adjointe de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris.

Michel Mercier - Sputnik France
Soupçons d’emploi fictif: une enquête préliminaire ouverte sur le sénateur Michel Mercier
Inspectrice du travail auprès de la direction régionale d'Ile-de-France, Anne Hidalgo a été détachée auprès du ministère du Travail puis, à partir de novembre 2000, auprès de la ministre de la Justice Marylise Lebranchu. En 2001, elle est devenue première adjointe du nouveau maire de Paris, Bertrand Delanoë, tout en restant officiellement rattachée au ministère, affirme le magazine.

En tant qu'inspectrice du travail, Anne Hidalgo est mise à disposition au sein de plusieurs cabinets ministériels. Elle intègre, en novembre 2000, le cabinet de Marylise Lebranchu, ministre de la Justice, comme conseillère technique puis comme chargée de mission.

Macron - Sputnik France
Après le Penelope Gate, le Macron Gate? Une pétition appelle à enquêter sur Macron
En s'appuyant notamment sur les accusations du syndicat Sud-Travail, l'article reproche à la maire de Paris d'avoir indûment perçu près de 80.000 euros au total.

Selon l'article, elle percevait «un salaire mensuel de 3.040 euros du ministère, auquel s'ajoutaient entre 1.000  et 2.000  euros de primes». Ces sommes s'élèvent à «plus de 100.000 euros» dont 21.000 ont été remboursés après une mise en détachement rétroactive à la mairie de Paris par le ministère du Travail.

Peu après l'apparition de l'article au Capital, Anne Hidalgo a rendu publique sa décision d'attaquer en diffamation le mensuel. Dans sa riposte, elle «conteste avec la plus grande fermeté l'accusation d'emploi fictif».

«Face à cette atteinte grave à son honneur et à sa probité, elle annonce sa décision de déposer plainte pour diffamation», poursuit un communiqué.

«Anne Hidalgo rappelle son attachement le plus complet au respect du droit. De 1997 à 2002,  elle a exercé des responsabilités au cabinet du ministre du Travail puis au cabinet du ministre de la Justice. Élue en mars 2001 et enceinte de son troisième enfant, elle a alors exercé son droit au congé maternité», explique le communiqué. 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала