Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La lutte pour le sacré: le monde islamique a formulé une réponse à Trump sur Jérusalem

© REUTERS / Ronen ZvulunJérusalem
Jérusalem - Sputnik France
S'abonner
Réunis en congrès, plusieurs dirigeants de pays musulmans ont exigé que le monde entier reconnaisse l'indépendance de la Palestine avec une capitale à Jérusalem-Est.

Ce sommet organisé par la Turquie a laissé sceptiques d'autres puissances disposées à coopérer avec les États-Unis. Selon le quotidien RBC.

slogan de la campagne de Donald Trump « Rendre à l'Amérique sa grandeur » - Sputnik France
Le «nouveau miracle économique» pronostiqué par Trump verra-t-il le jour?
Suite à la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale israélienne par les USA, les dirigeants de plusieurs pays musulmans ont reconnu Jérusalem-Est comme la capitale de la Palestine. Cette décision a été prise mercredi 13 décembre pendant le sommet extraordinaire de l'Organisation de coopération islamique (OCI), qui regroupe 57 États musulmans.

D'après le communiqué final de la rencontre, l'OCI considère Jérusalem-Est (al-Quds) comme la «capitale occupée» de la Palestine indépendante. Les dirigeants musulmans ont confirmé leur attachement au principe de deux États indépendants et ont appelé tous les pays à reconnaître l'indépendance de la Palestine. Pour cela, ils sont prêts à «toutes les mesures juridiques et politiques», allant jusqu'à une requête au Conseil de sécurité des Nations unies.

Des représentants de 48 États, pour la plupart membres de l'OCI, ont participé à la conférence de l'organisation. Hormis les délégués des pays membres, le président vénézuélien Nicolas Maduro et le président de la République de Chypre du Nord partiellement reconnue, Mustafa Akinci, ont assisté à ce sommet.

Des armes de l'US Army - Sputnik France
Donald Trump approuve un budget de défense à 700 mds USD
Cette réunion extraordinaire de l'OCI visait à formuler une réaction commune du monde musulman à la décision de l'administration de Donald Trump prise le 6 décembre de reconnaître Jérusalem en tant que capitale d'Israël et d'y faire déménager l'ambassade des USA. Le Congrès américain avait adopté cette loi en 1995 mais depuis, les présidents américains avaient toujours reporté son entrée en vigueur. De leur côté, les Palestiniens considèrent Jérusalem-Est comme la capitale de leur futur État.

Le dirigeant de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a appelé tous les pays à renoncer à la reconnaissance d'Israël en tant qu'État indépendant et, au contraire, à reconnaître la Palestine selon les frontières de 1967. Cette proposition n'a pas été inscrite dans le communiqué final.

A l'heure actuelle, la Palestine est un État partiellement reconnu: 136 États membres de l'Onu (environ 70% de l'Assemblée générale) reconnaissent son indépendance. La Palestine n'est pas reconnue principalement par les pays d'Europe occidentale et d'Amérique du Nord. Parmi eux, trois des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies: le Royaume-Uni, la France et les USA. L'indépendance d'Israël est reconnue par 161 membres de l'Onu (hormis la majorité des pays musulmans, ainsi que la Corée du Nord). Au total, l'Onu regroupe 193 États.

Bachar el-Assad - Sputnik France
Trump consent-il à laisser Assad au pouvoir jusqu’en 2021?
Ce sommet extraordinaire s'est tenu sur fond d'aggravation du conflit israélo-palestinien. Après la décision de Trump, les Palestiniens ont organisé deux Jours de colère les 7 et 8 décembre, qui ont dégénéré en affrontements avec la police et l'armée israélienne. Puis la confrontation a débouché sur un échange de frappes de missiles entre Israël et les Palestiniens dans la bande de Gaza. Selon les dernières informations du ministère palestinien de la Santé, en une semaine de troubles six Palestiniens ont été tués, et près de 2.000 ont été blessés.

Dans son communiqué, l'OCI a qualifié ces altercations de «lutte juste du peuple palestinien» en promettant d'allouer une aide matérielle, technique et humanitaire aux Arabes sur les «territoires palestiniens occupés par Israël».

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала