Coopérer avec Ankara? Les USA doivent chasser les «terroristes» de l’est syrien

Les États-Unis doivent évincer les miliciens kurdes de l'est de l'Euphrate, en Syrie, s'ils souhaitent travailler avec la Turquie, a déclaré Recep Tayyip Erdogan restant incertain de la position de Mike Pompeo après sa désignation au poste de secrétaire d'État.

Le Président turc a affirmé que si Washington désirait coopérer avec Ankara, il devait chasser les groupes de miliciens kurdes syriens de l'est de la rivière Euphrate, tout en étant incertain quant à l'approche que choisira le nouveau secrétaire d'État américain Mike Pompeo, qui succède à Rex Tillerson.

«Nous contrôlons trois quarts du territoire à Afrine. Nous allons renforcer nos points de surveillance à Idlib et ensuite nous allons nous rendre à Manbij», a affirmé Recep Tayyip Erdogan intervenant vendredi au congrès du Parti de la justice et du développement (AKP) dans la province d'Erzurum. «Nous ne savons pas quel chemin choisira le nouveau leadership [du département d'État, ndlr] aux États-Unis. S'ils veulent travailler avec nous, ils doivent commencer par évincer les terroristes de l'est de l'Euphrate».

Donald Trump et Michael Pompeo - Sputnik France
Désignation de Mike Pompeo: à quoi s’attendre au Moyen-Orient?
En cela, le chef d'État a souligné que la Turquie restait à l'écoute de toute sorte de coopération concernant la ville syrienne de Manbij.

Les relations entre les États-Unis et la Turquie se sont détériorées ces derniers mois en raison notamment du soutien militaire apporté par Washington aux Unités de protection du peuple kurde (YPG) qui opèrent dans le nord de la Syrie et qu'Ankara considère comme un groupe terroriste.

Recep Tayyip Erdogan - Sputnik France
Erdogan évoque la menace d'une Troisième guerre mondiale
L'armée turque mène depuis le 20 janvier l'opération Rameau d'olivier contre les Kurdes à Afrine, dans le nord de la Syrie, la région contrôlée par les (YPG). Des unités de l'Armée syrienne libre (ASL) prennent également part à l'opération.

Damas a condamné les activités turques dans le canton d'Afrine, notant que ce territoire était une partie intégrante du territoire syrien. Moscou a appelé toutes les parties à la retenue et au respect de l'intégrité territoriale de la Syrie.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала