En quelle saison notre cerveau travaille-t-il le mieux?

© Sputnik . Sergey Malgavko / Aller dans la banque de photosUn homme âgé
Un homme âgé - Sputnik France
Une étude s’intéressant au fonctionnement du cerveau des personnes âgées en fonction des saisons et réalisée par une équipe internationale permettrait de mieux traiter la maladie d’Alzheimer.

Des chercheurs de l'université de Toronto, de l'université Rush et de l'université Paris Diderot ont analysé les données de 3.500 personnes des États-Unis, du Canada et de France âgées de plus de 70 ans dont une partie souffrent de la maladie d'Alzheimer, les autres sujets étant sains, relate la revue PLOS Medicine.

fatigue - Sputnik France
L’envie de faire des siestes pourrait en dire long sur notre état de santé…
L'étude a permis de conclure que c'est à la fin de l'été et au début de l'automne que le cerveau fonctionnerait le mieux, mais qu'en revanche, en hiver et au printemps, il est au plus bas, notamment chez les personnes âgées.

Ainsi, le cerveau apparaît 4,8 ans plus jeune en été qu'en hiver, ont constaté les chercheurs. Le dépistage de la démence est en outre plus efficace en hiver et au printemps, précise Daily Mail.

Les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ont également connu des «creux» en hiver, en raison des «rythmes saisonniers» de certaines protéines, qui semblaient rendre les gènes liés à la démence plus actifs dans le cerveau.

Decima Assise, who has Alzheimer's disease, and Harry Lomping walk the halls, Friday, Nov. 6, 2015, at The Easton Home in Easton, Pa - Sputnik France
De faibles impulsions électriques améliorent la mémoire
Il existe plusieurs théories sur ce qui pourrait être à la source de ces pics et de ces creux. Tout d'abord, il existe des facteurs environnementaux tels que des températures plus élevées et la présence de plus de lumière en été et en automne, ce qui pourrait stimuler la cognition générale en cette saison.

Deuxièmement, en été, nous avons tendance à être plus actifs, à avoir une meilleure alimentation et à avoir de meilleures habitudes de sommeil.

Troisièmement, il existe un trouble dépressif saisonnier inquiétant qui touche un grand nombre de personnes en hiver. Ces rythmes saisonniers dans notre état psychologique pourraient également mettre en avant le lien entre les saisons et la cognition.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала