Sociologue tchèque: il ne s’agirait pas d’orphelins syriens, mais d’«hommes de 30 ans»

© AP Photo / Petros KaradjiasMigrants from Syria wait in a line as they arrive at a refugee camp at Kokkinotrimithia, outside of the capital Nicosia, in the eastern Mediterranean island of Cyprus, on Sunday, Sept. 10, 2017.
Migrants from Syria wait in a line as they arrive at a refugee camp at Kokkinotrimithia, outside of the capital Nicosia, in the eastern Mediterranean island of Cyprus, on Sunday, Sept. 10, 2017. - Sputnik France
La République tchèque doit faire preuve de solidarité et accueillir 50 orphelins syriens, a estimé l’eurodéputée tchèque Michaela Sojdrova, qualifiant d’égoïste la position du Premier ministre Andrej Babis qui déclare que le pays n’acceptera pas un seul migrant. Le sociologue Petr Hampl a exposé à Sputnik sa vision du problème.

Selon l'eurodéputée tchèque Michaela Sojdrova, l'«âge innocent» des orphelins est la raison pour laquelle on devrait les accueillir, bien que les Tchèques puissent craindre des migrants en situation irrégulière et des islamistes potentiels. Mme Sojdrova rappelle qu'il s'agit d'enfants qui pourraient être éduqués et assimilés aux valeurs européennes, notamment tchèques.

La République tchèque - Sputnik France
La République tchèque, l’ennemi numéro un des migrants en UE

Il ne s'agirait pas en réalité de petits orphelins inoffensifs, a déclaré à Sputnik le sociologue Petr Hampl, fort préoccupé par l'initiative de la députée au Parlement européen.

«Nous pouvons être sûrs qu'une bonne partie de ces "enfants" vont s'avérer des hommes de 30 ans», a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

La République tchèque désapprouve les quotas de migrants - Sputnik France
La République tchèque désapprouve les quotas de migrants

Et de ne pas exclure des risques graves à l'avenir.

«S'il s'agissait d'un enfant, par exemple, de deux ans et si on pouvait être certain qu'il ne serait pas suivi par sa famille, cela pourrait se faire. Mais Mme Sojdrova propose une toute autre chose», a souligné le Tchèque.

Et de prévenir qu'une telle politique imprudente pourrait se solder par des conséquences désastreuses pour tout le pays.

«Il se peut qu'il y a cinq ans, quelqu'un ait pu croire qu'il était possible de filtrer le flux de migrants conditionnés par les djihadistes. Aujourd'hui cependant, tous nous savons bien que cela est impossible», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

Les migrants suscitent une sérieuse préoccupation pour la plupart des Tchèques. D'après un récent sondage, 82% des sondés considèrent ces derniers comme une menace à la sécurité européenne, et 68% comme une menace à la sécurité de la République tchèque.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала