Ce que Viktor Orban a raconté à BHL sur Le Pen, Wauquiez et Macron

Viktor Orban a déclaré dans une interview conduite par Bernard-Henri Lévy pour le magazine The Atlantic qu’il n’avait «rien à voir avec Marine Le Pen», a parlé de son amitié avec Laurent Wauquiez et a affirmé avoir «de bonnes relations» avec Emmanuel Macron.

Le premier ministre hongrois a évoqué dans un entretien avec Bernard-Henri Lévy pour le magazine The Atlantic ses liens avec les milieux politiques français.

Ainsi, Viktor Orban a déclaré n’avoir «rien à voir avec Marine Le Pen. Rien», même si le RN s’est de nouveau adressé à lui la semaine dernière pour une éventuelle union des droites conservatrices.

Il a notamment expliqué que son «ami» Laurent Wauquiez, qui avait pris sa défense à un sommet du Parti populaire européen (PPE) en septembre 2018, «l’a prévenu que c’était une ligne rouge».

Viktor Orban - Sputnik France
Le parti de Viktor Orban temporairement exclu du groupe PPE au Parlement européen
L’homme politique hongrois a notamment déclaré avoir «beaucoup d’amis en France».

«Nicolas Sarkozy, bien sûr. Jacques Chirac, qui m’a toujours très bien reçu. Et Valéry Giscard d’Estaing, une référence que j’essaie de voir chaque fois que je suis à Paris», a-t-il détaillé.

Il a ensuite parlé d’Emmanuel Macron qu’il ne déteste «pas du tout» et avec qui il assure avoir «de bonnes relations personnelles».

Pourtant, Viktor Orban trouve que le Président français est l’«opposant principal» au mouvement qu’il incarne et qu’il est en outre «juste qu’il est trop intellectuel pour faire le métier que nous faisons».

Dans le même temps, le Premier ministre hongrois n’a pas remis en doute son amitié pour Matteo Salvini.

Le 21 mars dernier, le groupe PPE, qui rassemble différents partis de la droite traditionnelle en Europe, a suspendu le Fidesz, parti de Viktor Orban, au Parlement européen.

Matteo Salvini  - Sputnik France
«Laisser l’alliance avec la gauche»: Berlusconi prêt à se tourner vers Salvini pour «changer» l’Europe
Cette décision est intervenue suite aux attaques de M. Orban à l’encontre de Jean-Claude Juncker dans le cadre de sa campagne pour les élections européennes. Sur une affiche déployée par le Fidesz, on voyait le président de la Commission européenne aux côtés du milliardaire américano-hongrois George Soros, avec comme slogan: «Vous aussi avez le droit de savoir ce que Bruxelles vous prépare». Budapest avait alors accusé Bruxelles de vouloir imposer des réfugiés sur son territoire.

Plus tard, M. Orban avait présenté ses excuses, tout en refusant de renoncer à sa position concernant les migrants et la protection de la culture chrétienne.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала