Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Une guerre courte? La réponse sans équivoque de l'Iran à Trump

© AFP 2021 ATTA KENAREMohammad Javad Zarif
Mohammad Javad Zarif  - Sputnik France
S'abonner
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a affirmé le 25 juin sur son compte Twitter que la «petite guerre» avec l'Iran dont parle le Président Trump n'est qu'«une illusion».

La «petite guerre» dont parle le Président états-unien dans le cardre d'une potentielle guerre avec l'Iran est «une illusion» qui met la paix en danger, a estimé le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif le 25 juin sur son compte Twitter.

«La petite guerre avec l’Iran est une illusion.»

«Les sanctions ne sont pas une alternative à la guerre, elles SONT une guerre», a également lancé Mohammad Javad Zarif, toujours sur son Twitter.

De plus, il a souligné que l’«oblitération» était égale à un génocide, donc à un crime de guerre.

«"Oblitération"= génocide = crime de guerre. Quiconque commence la guerre ne sera pas celui-ci qui la termine», lit-on sur son Twitter.

Le 24 juin, Donald Trump a annoncé avoir signé un décret instaurant de nouvelles sanctions «lourdes» à l’encontre de l’Iran et de son Guide suprême, Ali Khamenei. D’après le Président, ces mesures pourraient rester en vigueur «pendant des années».

Après un nouveau volet de sanctions américaines, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, avait déclaré fin mai que son pays ne cherchait pas à se doter de l’arme nucléaire.

Donald Trump - Sputnik France
«Cela ne durerait pas très longtemps»: Trump se dit certain de l'issue d'un conflit ouvert avec l'Iran

L'Iran a pour sa part annoncé qu’il s’affranchirait à partir du 7 juillet de deux autres de ses engagements dans le cadre de l'accord international sur son programme nucléaire, a rapporté mardi 25 juin l'agence de presse iranienne Fars, citant un haut responsable iranien.

Les tensions sont montées d’un cran entre Washington et Téhéran après la destruction le 20 juin par l’Iran d’un drone américain RQ-4A Global Hawk se trouvant, selon Téhéran, dans son espace aérien, ce que contestent les États-Unis.

Précédemment, Washington avait imputé à l’Iran l’attaque de deux pétroliers dans le golfe d’Oman, non loin du détroit d’Ormuz.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала