Un commissariat de l’Eure attaqué par un groupe de jeunes, certains auraient crié «Allahu Akbar»

© AFP 2022 JACQUES DEMARTHONles voitures de police
les voitures de police - Sputnik France
Dans la nuit du 27 au 28 juin, une quinzaine d’individus ont pris d'assaut le commissariat de Val-de-Reuil-Louviers, dans l’Eure, fait savoir Le Figaro en se référant aux rapports de la police. Selon le journal, certains des attaquants criaient «Allahu Akbar».

Le commissariat de Val-de-Reuil-Louviers, dans l’Eure, a été attaqué dans la nuit du 27 au 28 juin, informe Le Figaro qui a pu consulter les rapports de la police.

SNCF - Sputnik France
Un homme a terrorisé des voyageurs sur la Côte-d’Azur en criant «Allahu Akbar» avec une fausse ceinture d’explosifs
Selon ces documents, une quinzaine d’individus cagoulés ont tenté de prendre le bâtiment d’assaut aux alentours de deux heures du matin en lançant des projectiles et en tirant des mortiers. Ils ont aussi jeté des fumigènes et des pavés contre les policiers.

Les fonctionnaires ont répliqué à l’aide de gaz lacrymogènes, avant que des policiers de la Brigade anticriminalité (BAC) et de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) n’arrivent en renfort. L’attaque a duré environ une demi-heure.

D’après Le Figaro, certains des assaillants criaient «Allahu Akbar».

Une enquête de flagrance a été ouverte des chefs de «dégradations volontaires de biens d’utilité publique en réunion» et «violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique avec armes par destination». Selon les premières investigations, les auteurs sont des jeunes âgés de 15 à 20 ans, ajoute le journal.

Le syndicat de police Alliance, cité par l’AFP, a dénoncé «la violence inouïe» de l’attaque. Évoquant des «policiers à bout, au bord de la rupture», Alliance s'inquiète de la situation de «souffrance» de ce commissariat de l'Eure qui est, selon lui, en manque d'effectifs et de moyens.

La mairie de Val-de-Reuil a, à l’inverse, qualifié cet incident de «limité» et «banal». Elle a qualifié sur son site les informations qui circulent dans les médias d’«exagérations» et de «fake news».

Le maire estime que «l’incident va être amplifié et utilisé pour témoigner de la grande misère de la police d’une des quatre grandes villes de l’Eure».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала