Nissan s'apprête à annoncer plus de 10.000 suppressions d'emplois

© AFP 2022 YOSHIKAZU TSUNOThe logo of Japanese auto giant Nissan Motor is seen at the Tokyo Motor Show on November 2, 2015.
The logo of Japanese auto giant Nissan Motor is seen at the Tokyo Motor Show on November 2, 2015. - Sputnik France
Le constructeur japonais vise à supprimer 10.000 emplois, annoncent des médias. Après l'arrestation de l'ancien patron de Nissan, Carlos Ghosn, l'entreprise a vu ses ventes chuter aux États-Unis et en Europe.

Le constructeur japonais Nissan s'apprête à annoncer plus de 10.000 suppressions d'emplois dans le monde pour tenter de redresser ses comptes, ont rapporté mardi 23 juillet l'agence Kyodo News et d'autres médias japonais, citant des sources internes à l'entreprise alliée avec le français Renault.

Renault Arkana au Salon international de l’automobile de Moscou - Sputnik France
Renault et Yandex s’allient pour concurrencer Google dans le secteur automobile
«Nous ne commentons pas les spéculations», a réagi auprès de l'AFP une porte-parole de Nissan, Momose Asuza, à la veille de la publication des résultats trimestriels du groupe qui devraient être très médiocres.

À la Bourse de Tokyo, l'action réagissait peu (+1,29% à 784,2 yens dans les premiers échanges), les investisseurs ayant visiblement déjà intégré la perspective de lourdes restructurations après les annonces au printemps du patron de Nissan.

En mai, lors de la présentation de résultats annuels catastrophiques, le patron du groupe, Hiroto Saikawa, avait déjà promis des «réformes drastiques» susceptibles d'affecter 4.800 postes. 

Le Logo de Renault - Sputnik France
La France se déclare prête à réduire sa part dans Renault
Au total, plus de 7% des effectifs seraient in fine concernés, le groupe employant 139.000 collaborateurs dans le monde. 

Nissan, qui forme avec Renault la première alliance automobile mondiale, devrait annoncer les suppressions d'emplois le 25 juillet, à l'occasion de ses résultats. Les coupes pourraient concerner des usines en Amérique du Sud et dans d'autres régions où la rentabilité de Nissan est faible, affirme Kyodo.

L'entreprise a subi une chute de ses ventes aux États-Unis et en Europe et pâtit des tensions avec Renault, qui détient 43% de son capital. Ces frictions découlent de l'arrestation de l'ancien patron de Nissan, Carlos Ghosn, qui avait sauvé l'entreprise de la faillite en 1999 avant de la diriger pendant quasiment 20 ans. 

Au cours de l'exercice passé, les ventes mondiales de Nissan ont chuté de 4,4% à 5,52 millions de véhicules. La baisse a été particulièrement prononcée en Europe et aux États-Unis.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала